Avertir le modérateur

11/05/2016

Vers un UFOLeaks ?

Il est des promesses électorales plus faciles à tenir que d'autres, surtout lorsque celles-ci ne touchent pas au quotidien des électeurs. C'est ainsi qu'aux Etats-Unis la candidate du camp démocrate Hillary Clinton souhaite voir déclassifier certains documents relatifs à la zone 51.
Pour celles et ceux qui l'ignorent cela reviendrait à rendre public le dossier - oh combien sensible à une certaine époque - sur les soucoupes volantes.
Rêvons un peu et imaginons que la promesse soit tenue. Découvrira t-on alors que des extra-terrestres sont tombés en panne de soucoupe au coeur du Névada ? Il y a tout de même de quoi en douter. Plus prosaïquement nous trouverons surtout des essais ultra-secrets d'armes, d'avions, d'hélicoptères ou de tout autre engin volant, y compris sous forme de soucoupe.
Il y aura toutefois beaucoup de nostalgie à se rappeler cette époque où la Terre était une attraction touristique de premier ordre s'il faut tenir pour réel tous les témoignages de rencontre du 3ème type* qu'il n'a pas été possible de réfuter entre 1947 et 1979**.

* Il s'agit là du classement officiel : une recontre du 1er type est une observation, une recontre du 2ème type concerne les traces aux sols et la rencontre du 3ème type caractérise une interaction avec un extra-terrestre. Le film de Steven Spielberg s'inspire de cette hiérarchisation.

** J'étais bien jeune lorsqu'a eu lieu à Cergy Pontoise un enlèvement par un extra-terrestre. L'affaire avait défrayé la chronique durant une semaine avant que la victime n'avoue avoir inventé cette histoire de toute pièce. Je n'ai pas de connaissance plus récente de rencontre du 3ème type.

16/04/2016

La glorieuse incertitude de la montée...

La glorieuse incertitude du sport est encore mise à mal dans le football et les chances pour la rétablir sont minces voire nulles. De quoi est-il donc question ici ? De la décision de la Ligue de football profesionnel de de recourir à partir de la saison 2016/2017 à un barrage entre le 18ème de Ligue 1 et le 3ème de Ligue 2.
Pour comprendre les ressorts de cette affaire* il faut remonter à plusieurs mois en arrière, quand il était question de limiter à deux le nombre de clubs qui descendraient en Ligue 2. Cette intention à l'argumentation faible pour ne pas dire fallacieuse (il était question de donner de la visibilité économique aux sponsors, autrement dit déconnecté du résultat sportif) avait pour objectif de "fermer" la ligue 1, de la réserver à un groupe limité de clubs**.
Devant le tollé soulevé à l'époque la Ligue avait décidé de renoncer à cette décision. Mais pour autant il fallait tout de même donner un gage aux clubs de Ligue 1, qui ne veulent plus entendre parler de 3 descentes automatiques en division inférieure. C'est pourquoi la LFP a décidé d'organiser à partir de la saison prochaine un barrage entre le 18ème de Ligue 1 et le 3ème de Ligue 2 avec en jeu, une place en Ligue 1.
Il y aura barrage certes, mais ce sera un match aller-retour avec retour sur le terrain du club de Ligue 1, un avantage conséquent. Quitte à avoir un barrage, la logique sportive voudrait que ce soit sur un seul match et sur un terrain neutre, le sport y gagnerait beaucoup.  Alors oui il y a bien "glorieuse incertitude" mais pour au désavantage du club qui sportivement parlant avait sa place en division supérieur. une fois encore la logique économique a été la plus forte et c'est bien dommage.


* L'importance que je donne à ce sujet en lui consacrant un billet ne me fait pas perdre de vue qu'il y a des choses bien plus importantes à considérer en ce monde, surtout en ce moment.

** N'oublions pas : "Le 18 avril 2014 (...) le club de Luzenac valide [...] sa montée sportive en Ligue 2. Cependant, en juin et juillet 2014, pour des questions budgétaires, la Direction nationale du contrôle de gestion (DNCG) refuse la montée du club et le Comité national olympique et sportif français, saisi en appel, rend également un avis défavorable. En août, après référé du club devant le tribunal administratif de Toulouse, la DNCG donne finalement son aval à l’octroi du statut professionnel. Mais, malgré la mobilisation de nombreuses personnalités notamment politiques, jusqu'au secrétaire d'Etat aux sports Thierry Braillard, cet avis est contredit par deux décisions de la Ligue de football professionnel (du 8 et 27 août 2014) qui refuse définitivement l'accès à la Ligue 2 au motif que « le club ne dispose pas d'un stade répondant aux normes réglementaires de sécurité ». Le 4 septembre 2014, l'ultime espoir de Luzenac devant la juridiction administrative, saisie une nouvelle fois contre la décision de la Ligue, se solde par un échec." [Source Wikipédia]

09:01 Publié dans Actu | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : foot, football, ligue 1, ligue 2, barrage, lfp

06/03/2016

De la Famille aux Familles

Le billet d'humeur de Julie Graziani* publié par Le Figaro a pour objet de fustiger la politique familiale de François Hollande en attaquant sa décision de renommer le ministère de la Famille (au singulier) en ministère des Familles (au pluriel). Hélas pour l'auteure cette argumentation ne tient pas.
Julie Graziani n'hésite pas une seconde à parler de Novlangue** à propos de ce «Famille» transformé en «Familles». Et de s'indigner de cela : «L'emploi d'une majuscule dans les intitulés de nos ministères s'explique parce qu'il y fait référence à une notion générique, qui impose donc nécessairement le singulier ; conserver cette majuscule au pluriel n'a rigoureusement aucun sens (...)». Mais considérer cela revient à déconsidérer le gouvernement précédent, celui de François Fillon (et donc de Nicolas Sarkozy) puisqu'il y avait des intitulés avec une majuscule dans un mot pluriel. Le ministère en question était d'importance puisque numéro 2 dans la liste protocolaire. Il s'agissait de Jean-Louis Borloo et de son ministère dit «des Technologies vertes et les Négociations sur le climat», avec une majuscule à Technologies et une autre à Négociations. Double raison de s'en indigner donc d'après les critères de Julie Graziani.
Au paragraphe suivant l'auteure tente le raisonnement par l'absurde en étendant cette histoire de Familles à d'autres ministères. Et de prendre exemple sur celui de l'agriculture : «Faudra-t-il un ministère des Exploitations Agricoles, au motif de mieux valoriser la permaculture?». C'est hélas oublier que François Fillon - encore lui*** - a bel et bien donné un autre nom au ministère de l'agriculture justement. C'est ainsi que Bruno le Maire a été "Ministre de l'Alimentation et de l'Agriculture", Alimentation prenant la priorité. Je l'ai relevé à l'époque, je ne sais pas si Julie Graziani en avait fait autant.
Revenant sur un terrain où elle est plus à son aise, l'auteure revient pour finir sur le sujet «Famille» avec - ce coup-ci c'est sûr - un argument béton : «En l'espèce, il conviendrait de ne pas oublier que depuis l'adoption de la loi Taubira un nombre croissant d'enfants sont conçus par PMA ou GPA à seule fin d'être élevés par des couples de même sexe.»
Commençons par le commencement : la loi dite sur le mariage pour tous ne légalise en rien ni la PMA ni la GPA. Les opposants ont beau essayer de le faire croire, aucun texte n'a encore été voté sur ce sujet. Il est possible tout au plus de s'inquiéter que cela voit le jour à terme mais c'est tout. Sachez ensuite que la loi actuelle ne reconnaît la PMA que pour les seuls couples qui en ont médicalement besoin et que cela date de bien avant la loi Taubira. Il serait donc plus juste - je dirais volontiers plus honnête - de dire qu'aujourd'hui comme hier, un couple de même sexe voulant procréer un enfant n'a d'autre choix que l'illégalité. Je me permet aussi d'ajouter que nombre de couples hétérosexuels se tournent vers la PMA à l'étranger voire la GPA pour mettre en oeuvre leur désir d'enfant. En tout état de cause, Julie Graziani ne devrait que reprocher l'indécision du gouvernement actuel, qui sait souligner à quel point le recours à la GPA est illégal mais qui par une circulaire ministérielle admet qu'il faut inscrire à l'état civil les enfants qui en seraient issus.

La conclusion est redoutable, aucun argument avancé par Julie Graziani n'est recevable. Et si je devais moi aussi donner dans l'outrance j'irais jusqu'à dire que le Figaro a fait preuve au mieux de complaisance, au pire de complicité active en laissant publier un tel billet****.


* Porte-parole d'Ensemble pour le Bien Commun et membre de l'Avant-Garde
** La Novlangue est le langage utilisé dans «1984», roman de George Orwell.
*** Rappelons en vitesse que c'est le premier ministre qui forme le gouvernement et non pas le président de la république.
**** La rubrique Figarovox est ouverte «à tous». Cela nécessite que l'article soit soumis à autorisation avant sa publication.

11:37 Publié dans Actu | Lien permanent | Commentaires (0)

11/02/2016

Comment tirer 600 millions de dollars de revenus à partir du pétrole ?

Les estimations - je devrais dire les expertises - font de Daech un exportateur de pétrole à hauteur de 600 millions de dollars par an. Même si cela n'est qu'une goutte (n'oublions pas que ces mêmes experts estiment le trésor de guerre de l'organisation terroriste à 2 200 milliards de dollars, 3 300 fois plus !), je reste dubitatif sur la réalité de ce chiffre.
Commençons par calculer combien faut-il de barils de pétrole pour arriver à 600 millions de dollars. Si nous prenons comme prix de marché un baril à 40$ il faut en produire 15 millions pour arriver aux 600 millions annoncés, soit une production journalière de 41 095 barils.
On oublie de le préciser mais il faut du personnel pour arriver à cette production. Dit de manière étrange, le pétrole de Daech c'est combien d'emplois ? Admettons tout de même que - fort de leur puissance dans la région - ils tiennent sous leur joug l'ensemble de la filière, il n'en demeure pas moins que nous restons avec un écueil de taille : écouler la marchandise.
Mais nous sommes de nouveau aidés par les experts qui expliquent que le pétrole passe par un réseau de contrebande et que - in fine - il est mélangé (je n'ose pas dire blanchi, du pétrole ...) au pétrole turque dont on ne peut plus ensuite isoler les provenances.
C'est cette étape qui devrait susciter le plus d'interrogations : A qui Daech vend-il son pétrole ? A quel prix ? Ajoutons aussi que si Daech produit 15 millions de baril par an il faut que le réseau de contrebande à qui ce pétrole est vendu ait les épaules logistiques assez fortes pour tenir ce rythme...
Car enfin il n'est pas possible d'imaginer une organisation achetant un pétrole dont elle ne tirera aucun bénéfice. Le bon sens consisterait plutôt à imaginer que Daech «brade» son pétrole et que la marge permet aux intermédiaires d'écouler cette marchandise à la provenance douteuse.
Se pose aussi la question de l'Etat turque car si les experts disent vrai le pétrole de Daech se mélange si bien au pétrole officiel qu'on ne peut plus ensuite distinguer l'un de l'autre. La Turquie le sait-elle ? Et partant de là cherche t-elle à éradiquer ces réseaux de contrebande ou à l'inverse s'en accomode t-elle ? Car après tout c'est elle qui recueille au final le fruit de la vente.
Cela implique donc que Daech doit produire bien plus que 45 000 barils/jour pour obtenir un «résultat net» de 600 000 000 $. Disons 90 000, presque autant que l'Iran ? Mais plus on augmente le chiffre de départ et plus il devient irréaliste...

18:31 Publié dans Actu | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : daech, pétrole

11/01/2016

D'une gelée à l'autre

L'information est passé un peu inaperçue en dépit de la COP21 mais il n'a toujours pas gelé à Paris depuis le début de l'automne. C'est le site de Météo France qui le précise ici. Je ne peux pas m'empêcher de faire le rapprochement avec un autre hiver, celui de 1829-1830.
Les esprits chagrins me feront remarquer que cela date d'avant les premières mesures de 1873 mais qu'importe au contraire. Sachez donc que la Seine a été prise par les glaces du 20 décembre 1829 à la fin Février 1830, c'est dire la rigueur de cet hiver-là. 
Mais cela nous oblige aussi à nous dire qu'entre 1829 et 2016, si 187 ans nous sépare la température moyenne n'a augmenté elle que d'un degré et demi dans cet intervalle. Une constatation pour le moins contre-intuitive...

14:10 Publié dans Actu | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : climat, cop21

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu