Avertir le modérateur

10/01/2008

Un air de déjà vu...

C'était donc vrai : Le Président de la République en exercice a été hospitalisé en secret. Peu importe la nature du mal, la durée de l'hospitalisation ou la teneur des soins dispensés. Ce qu'il faut retenir est ailleurs : on ne peut toujours pas parler de la santé du premier personnage de l'Etat, et ce quel que soit la personne, l'Etat ou l'époque. La transparence affichée jusqu'alors a montré ses frontières, qui sont celles des portes de l'hôpital. Au-delà circulez, il n'y a rien à voir. Pourtant tout indique que le mal n'était pas si grand. Alors pourquoi tant de précautions, de secrets ? Mon analyse est que l'homme ne doit pas en paraître un. Tel un super-héros, notre super-Président ne doit ressentir ni mal, ni peine, ni douleur. Il se doit d'être supérieur aux autres, au peuple qu'il gouverne même lorsqu'il est malade. Pensez qu'il aurait fallu confier - même pour un instant - les clefs de la Maison France à un "collaborateur". Perspective auquel n'a pu se résoudre Nicolas Sarkozy. Du coup, de deux maux il a choisi le moindre, celui du secret d'Etat. Ce n'est là qu'un premier coup de canif au contrat passé entre le candidat devenu Président et ses électeurs : "Je ne vous mentirai pas, sauf par omission. Je ne vous trahirai pas, sauf si c'est mon intérêt. Je ne me déroberai pas, sauf si j'en décide autrement."

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu