Avertir le modérateur

29/03/2008

Manque d'imagination

Le collectif "ni pauvre, ni soumis", manifeste aujourd'hui. Construit sur l'édifice sémantique du collectif "ni putes, ni soumises", le nom choisi manque tout de même d'imagination. C'est au mieux du recyclage – il ne faut plus rien jeter désormais - au pire du "copillage". Franchement je trouve ça triste. Il ne manquerait plus que tout le monde y aille de son collectif "ni ni", imaginez alors ce que cela donnerait. Vous n'aimez pas la people-isation de notre président ? Adhérez sans tarder au collectif "ni Carla, ni Cécilia". Vous voulez aider les petits porteurs victimes de la crise boursière ? Alors le collectif "ni action, ni obligation" est fait pour vous. Les centristes pourront toujours manifester sous la bannière du "ni droite, ni gauche", et des supporters de football excédés diront en choeur "ni OM, ni PSG". Mais je l'avoue, moi aussi je sombre dans la facilité, avec ce texte qui n'est "ni bon, ni mauvais"...

11:58 Publié dans Actu | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Actu, collectif

27/03/2008

Peine pied au plancher

La première vertu de la sanction judiciaire est sa dissuasion. Elle est censée être assez contraignante pour faire craindre la récidive. On notera que parfois, la loi telle qu'elle est écrite et appliquée n'atteint pas ce but. Voyez le cas de ce joueur de football, flashé à plus de 230 km/h sur une autoroute limitée à 130 km/h. Il devra payer une amende de 1500 euros et se voit notifier un retrait de permis pour 5 mois. La loi a été appliquée dans toute sa sévérité, mais elle n'a ici aucun effet dissuasif envers l'accusé. Pour ce joueur, cette peine n'en est pas une.
On a parlé de "peine plancher" pour les récividistes, de "rétention de sûreté" pour des détenus une fois leur peine purgée. Alors pourquoi pas une "peine de célébrité", pour que cette catégorie de population ne puisse pas avoir l'impression de passer par dessus la loi. Non pas via une quelconque mansuétude, mais tout simplement parce que le législateur, en instituant les peines à prononcer, visait le citoyen ordinaire, et non le joueur de football ou le PDG en mal de sensations fortes. La peine devrait être proportionnée aux moyens financiers du justiciable, assortie d'une circonstance aggravante lorsque ce dernier est célèbre. La notion de célébrité serait laissée à l'appréciation du juge, charge à la défense de démontrer la "non-célébrité" de son client pour qu'il ne tombe pas sous le coup de ce texte que je souhaite voir au plus vite dans notre arsenal (!) répressif.

18:05 Publié dans Actu | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Actu

26/03/2008

La caissière et son plein d'essence

Dans un bel article, le journal Le Monde nous fait partager le quotidien d'une caissière. Le reportage est impressionnant de vérité, entre la description du planning, des conditions de travail et du salaire misérable. Les internautes ne s'y sont pas trompés, puisqu'ils en ont fait l'article le plus envoyé de ces derniers jours. Mais une phrase a retenu mon attention : "Pour ces trente heures de travail éparpillées au fil de la semaine, Odile Jaloux touche un salaire de 825 euros par mois. Mais elle habite à 25 km des quartiers nord, ce qui l'oblige à dépenser 200 euros d'essence. A la fin du mois, il lui reste 625 euros (...)". Ni une ni deux, je lance mon tableur (qui n'est pas celui auquel on pense immédiatement !), et je fais le calcul. Prenons une voiture "citadine" comme on dit, et comptons une moyenne de 7 litres pour 100km. 1 aller-retour fait 50km, donc 3.5 litres. En comptant 1.34 euros le litre d'essence, cela donne 4.70 euros de dépensé. Multiplions par le nombre de journées de travail dans le mois (évalué à 24, soit 21 jours de semaine plus les 3 samedis par mois comme indiqué dans l'article) et nous arrivons à ... 112 euros et 80 centimes. Pourquoi n'ai-je pas retrouvé les 200 euros de l'article ?
Première hypothèse, la voiture n'est pas une citadine. Mais pour dépenser dans les conditions décrites 200 euros d'essence, il faut une consommation presque double. Je n'imagine pas la caissière à temps partiel roulant en 4x4. Cela écornerait l'image véhiculée tout au long du reportage...
Seconde hypothèse, la distance n'est pas de 25 km, mais de bien plus. Ce serait alors une grossière erreur du journaliste, qui écrit 25 là où c'est 50. Impossible également au vu de l'article, d'imaginer plus d'un trajet domicile-travail dans la journée.
Dernière possibilité, on a oublié l'amortissement du véhicule, l'assurance, le parking, les contraventions, le contrôle technique...mais non puisqu'il est bien écrit que la dépense n'est qu'une dépense de carburant : "ce qui l'oblige à dépenser 200 euros d'essence."
So what ? devrais-je dire en cette journée anglaise. Je pense que la caissière dépense bien 200 euros d'essence chaque mois, mais que le trajet domicile-travail ne lui coûte que la moitié de cette somme. Qu'on ne se méprenne pas non plus sur ce billet d'humeur. Mais quand le tableau est déjà bien sombre, je n'aime pas découvrir que l'on a rajouté une couche de noir par-dessus...

17:40 Publié dans Actu | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Actu

25/03/2008

Un record sans doutes, mais sans ombres ?

Les récents exploits d'Alain Bernard sont l'honneur du sport français. Mais cette soudaine notoriété sportive a son revers, la suspicion de dopage... Le premier réflexe - patriotique - est de dire que non, pas nos nageurs... Je dis patriotique car c'est un réflexe que de défendre ses compatriotes. Savez-vous par exemple que d'après un sondage de CNN publié l'an dernier, 70% des américains pensent que Lance Armstrong ne s'est jamais dopé ? Faites le même sondage en France, et vous aurez la proportion inverse. Ce qui prouve qu'au-delà des faits, la solidarité nationale joue à plein.
Ce n'est pas faire injure au sportif que de chercher à savoir s'il y a quoi que ce soit de suspect. En tout état de cause, la charge de la preuve appartient bien à l'accusation, à supposer qu'elle existe, et pas au nouveau champion d'Europe. J'ai relevé toutefois deux éléments, qui sans pour autant assombrir le tableau, le grise un peu malgré tout. D'abord on ne fait pas mystère dans l'entourage du champion d'usage de "compléments vitaminés". Expression que je met entre guillemets, faute de savoir si ces produits sont fabriqués "sur mesure" pour l'athlète, ou bien si ce sont des compléments disponibles dans n'importe quel supermarché. Ensuite l'entraineur d'Alain Bernard explique dans une interview que le nageur est asmathique à l'effort, et qu'il bénéficie à ce titre d'une "A.U.T.", d'une autorisation à usage thérapeuthique pour prendre de la Ventoline. Et d'ajouter aussitôt que ce produit ne fait qu'optimiser ses capacités respiratoires, et non les augmenter. Notre nageur a donc bien recours à une aide médicamenteuse, même si cette dernière est autorisée. La Ventoline traine tout de même derrière elle une drôle de réputation, celle du médicament autorisé le plus "dopant". Voyez le cyclisme, la discipline sportive la plus touchée par le dopage. Il se trouve que la pathologie la plus courante chez les coureurs est justement l'asthme, et que près de 30% d'un peloton professionnel court avec une dispense médicale en poche et de la Ventoline dans les poumons... Alors dopage ou pas dopage ? Pour les textes non, et je m'en tiendrais aux textes. Mais il faudrait que des voix plus fortes que la mienne s'élèvent et réclament la fin de ces autorisations. Ou bien le sportif n'a besoin de rien, ni de médicaments ni de dispense médicale, ou bien il est malade ou blessé, et alors il ne participe plus aux épreuves tant que sa guérison n'est pas complète et son traitement médical terminé. Il faut arrêter de nager entre deux eaux, entre la lutte franche et ouverte contre le dopage via les contrôles inopinés ou le suivi longitudinal, et une réglementation qui légalise " l'autorisation à usage thérapeuthique ", dont on a déjà prouvé par le passé un qu'il était parfois un synonyme de "dopage".

17:29 Publié dans Actu | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actu, dopage

21/03/2008

France 3, le reportage de trop

France 3 dans son "19/20" vient de présenter un reportage sur la pièce de théatre "Ile flottante". Le cuisinier qui se prête à cette expérience théatro-culinaire n'est autre qu'Alain Passard, chef triplement étoilé au Michelin. Et accesssoirement compagnon dans la vie d'Audrey Pulvar, présentatrice du journal de France 3 en semaine. Ces reportages de complaisance ne sont vraiment pas à l'honneur de France 3. Ce n'est pas la peine de se dire "chaîne du service public" si c'est pour faire comme dans le privé...
Ce devrait pourtant être une ligne de conduite intangible : Aucune allusion, même légère, qui puisse donner l'occasion à des gens comme moi d'écrire des billets tels que celui que vous lisez.

20:40 Publié dans Actu | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Actu, télévision, France 3

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu