Avertir le modérateur

07/12/2009

Je n'y crois (toujours) pas : le réchauffement climatique

C'est un peu par provocation que je fais ce billet le jour même de l'ouverture du Sommet de Copenhague. Mais également pour attirer - si c'est possible - l'opinion du lecteur(1) de ce billet sur cette frange de la population dont je fais partie : Ceux qui ne croient pas au réchauffement anthropique parce qu'ils considèrent ne pas avoir assez d'éléments pour se dire  : "Oui, le réchauffement que nous connaissons est dû aux activités humaines".

Pourquoi je n'y crois toujours pas alors ?

a) Pour moi le climat de la Terre a toujours évolué, donc il continue d'évoluer sous nos yeux. Pourtant tout ce passe en ce moment comme si on voulait stopper le climat.

b) Pourquoi les lieux les plus exposés au changement climatique sont-ils très éloignés des sources d'émission de CO2 ? L'Afrique serait le continent le plus exposé alors qu'il est le continent le moins pollueur. D'où vient ce CO2 qui fait fondre les neiges du Kilimandjaro ?

c) Si on est capable de prédire la hausse "avec" le CO2 de l'Homme, pourquoi est-on incapable de dire de combien serait cette hausse "sans" l'Homme ? Posé autrement ma question est : "Quel est la part du naturel dans le réchauffement que nous connaissons" ?

d) Pourquoi ceux qui y croient "dur comme fer" mélangent-ils les genres ? Ce n'est peut-être pas le bon exemple, mais hier soir au JT de France 3 de 19h30 les catastrophes climatiques qui nous menacent ont été illustrés - entre autres - par des image de Canadair éteignant un feu de forêt. Sauf qu'il n'existe plus de feu de forêt d'origine naturelle. Ce ne sont plus désormais que des actes de malveillance ou des accidents qui sont à l'origine des incendies, pas le climat...

e) Je trouve incroyable que dans le même " timing", primo on découvre que la montée des températures est liée au CO2 et que secundo on est pile dans la période où on a encore de la marge pour inverser la tendance. Cela me fait penser à certaines publicités ou dans le même spot on vous fait prendre conscience d'un problème que vous ne connaissiez pas trente secondes auparavant, et on dont vous livre la solution clé en mains aussitôt...

f) Pourquoi le climat que nous connaissons en ce moment serait-il le meilleur climat possible pour la Terre ?

fBis) Pourquoi ne trouve t-on aucun avantage pour quelque zone de la planète que ce soit dans le réchauffement qu'on nous promet ?

fTer) Quel serait le climat idéal de la Terre ? Je pose cette question car je crains de me voir répondre :"Le climat idéal est celui que la Terre a connu au cours de la première moitié du XXème siècle".

g) Pourquoi dit-on systématiquement lutter contre le réchauffement climatique alors qu'on devrait dire lutter pour que l'Homme n'ait aucune influence sur le climat ?

Une dernière question que je me pose souvent, c'est de savoir à partir de quand je croirais au réchauffement : Je considère que d'ici 2020 je serais fixé. Si nous connaissons d'ici là ne serait-ce qu'une canicule comme celle de 2003, si l'enneigement fait durablement défaut en France (trois années de suite en dix ans), alors oui ces événements me convaincront mieux que tout autre discours. Mais si arrivé à 2020 on voit que peu ou prou le climat des dix dernières années a été le même que celui de la période 2000-2010 alors que diront les scientifiques ?

Allez, un dernier mot sur Copenhague : Comme j'ai tendance à croire que CO2 émis par l'Homme et température ne sont pas intimement liés, peu importe pour moi que ce sommet débouche sur un échec ou sur un accord historique et inespéré. Dans les deux cas cela ne servira à rien...

(1) ou de cette lectrice

Commentaires

Bonjour je souhaitait vous feliciter pour votre article,car je fais aussi parti de la categorie de gens qui ne croie pas au rechauffement climatique.
Cela me fais rire de voir a quel point les gens foncent bêtement dans le mur,mais ce qui me fais peur c'est de voir toutes ces pubs et toutes ces lois qui incitent a acheter soi disant plus propre alors que que les gens achetent pour une cause qui n'existe pas.
C'est purement et simplement de la propagande.

Écrit par : MARTIN | 28/02/2010

Merci pour votre commentaire. A ce jour je n'ai pas encore trouvé de réponses à mes questions, ce que je déplore. A la relecture ma série 'f' est celle auquel je tiens le plus. Qui sait, peut-être aurais-je un jour la réponse.

Écrit par : AlterEgo | 28/02/2010

Moi ce qui me fait rire, ce sont des gens comme Claude allègre qui s'amuse a dire des contre vérité en caricaturant les scientifiques. C'est un géo physicien et non un scientifique.

Voir Les cent-fautes de Claude Allègre
Dans son dernier ouvrage, "L'Imposture climatique", l'ancien ministre dénonce avec force la climatologie. Un réquisitoire truffé d'erreurs. http://www.lemonde.fr/planete/article/2010/02/27/le-cent-fautes-de-claude-allegre_1312167_3244.html#ens_id=1275244

C'est réducteur de pensée que parcqu'il n'y a pas eu de canicule l'année dernière, il n'y en aura pas. Le rapprochement et l'intensité devraient se rapprocher dans le futur; même si le climat n'est pas linéaire ( été légèrement plus froid, effet El Nino / El Nina). D'ailleurs, le rapprochement des tempêtes peuvent se rapprocher comme celle de 1999 ( ex La tempête Xynthia : morts, arbres arrachées, transport arrêter) Bref beaucoup de similitudes avec celle de 1999

Écrit par : citoyenactif | 28/02/2010

C'est réducteur de pensée que parcqu'il n'y a pas eu de canicule l'année dernière, il n'y en aura pas. Le rapprochement et l'intensité devraient se rapprocher dans le futur; même si le climat n'est pas linéaire ( été légèrement plus froid, effet El Nino / El Nina). D'ailleurs, le rapprochement des tempêtes peuvent se rapprocher comme celle de 1999 ( ex La tempête Xynthia : morts, arbres arrachées, transport arrêter) Bref beaucoup de similitudes avec celle de 1999 La tempête Xynthia, l'une des plus violentes depuis celle de 1999

Écrit par : tranie | 28/02/2010

Même si on ne croit toujours pas au réchauffement climatique, croire que l'on peut continuer a consommer autant de pétrole, laisser les multinationales controler notre consommation, l'industries intensives ( nord) et monocultures ( sud) ( sensible a la spéculation financière et voulue par le capitalisme productiviste), continuer a utiliser toujours la voiture sont des érésie.

Notre planète est finie, et il faudra bien que les citoyens - consommteurs-électeurs le comprennent.

Pour ma part, les bouleversements climatiques existent ( différencie de réchauffement climatique, car le climat n'est pas linéaire sur toute la planète). La montée des eaux, le nombre de cyclones, les sécheresses a répétitions

Écrit par : mkp | 28/02/2010

Oui notre planète est finie. Le capitalisme productivisme est aussi destructeur que le communisme productivisme. Il ne prend pas en compte le bien être de la population.
Les déclarations de Claude allègre précédente valait déjà le cout d'oeil : " "Les écologistes sont des incultes, ils sont contre le progrès, les OGM, les téléphones mobiles, le nucléaire, les nanotechnologies, ils sont pour la décroissance, ils veulent une taxe pour rentrer sur Paris, taxe sur l'eau, sur les déchets, sur l'essence, sur l'alcool, etc.. Je combats cette vision de la peur, de la régression et de l'interdiction


Cela confirme le peu de bonne foi des euro sceptiques du climat (je préfère les appeler les négateurs du climats).
Mais Claude Allègre aime les provocations et les gaffes (rappelez sa provocation avec "Il faut dégraisser le Mammouth en parlant de la fonction publique).

Écrit par : europeecologie | 28/02/2010

"Allez, un dernier mot sur Copenhague : Comme j'ai tendance à croire que CO2 émis par l'Homme et température ne sont pas intimement liés, peu importe pour moi que ce sommet débouche sur un échec ou sur un accord historique et inespéré. Dans les deux cas cela ne servira à rien..."

La encore très réducteur, et ces déclarations ne font pas avancer le monde
Les dirigeants politiques on voulu stigmatiser Copenhague sur les gaz a effet de serre (seulement Co2, alors que le méthane est sans fois plus puissant).
Mais Copenhague, c'est surtout la vision d'un changement de politique, de relation nord / sud, une vision alter mondialisme qui s'attaque a une meilleure égalité et une meilleure gestion des ressources, s'est s'attaquer aux grande multinationale qui veulent surfer sur le Greenwashing (blanchiment vert / sociale : dernière tendance des entreprises qui surfent sur la vague écolo. Les publicitaires se shootent au vert)
C’est d’ailleurs ce que dénonce collectif Urgence Climatique Justice Sociale http://climatjustice.org ( attac, NPA, des ONG ( réseau Action climat, les amis de la terre…, syndicat (CGT Météo, Syndicat Unitaire de gauche….). Seule les lobbying et la droite ne veulent

Écrit par : citoyenactif | 28/02/2010

Le prix des énergies va devenir intenable dans le futur, du fait de la rarefaction des énergies fossiles. Outre le fait qu'elle soit très polluantes, qu'elles détruisent l'écosystème et que les lobbying s'associent avec des dictatures, déplacent des populations, elles feront baisser le pouvoir d'achat des ménages. ( comme l'explique Les Amis de la terre dans cette vidéo sur UCJS)

De ce fait, les idées défendues par les partis civiles a Copenhague est une relocalisation de l'économie et remmettre en place la place de l'homme dans la société. Le réseau des collectivité territoriale ayant des liens avec les différents pays parlent par exemple de la mise en place de Villes Transition.

Écrit par : moy | 28/02/2010

J'ai fait un article de ce débat qui a eu lieu dans la mairie du 2e arr. à paris. La représentante d'une ville modèle en écosse a emballée de nombreuses personnes.
Ce système ce développe dans les pays nordique, mais des mouvements existent aussi en France. Ils manquent plus qu'à les relier.

Écrit par : citoyenactif | 28/02/2010

J'ai bien noté vos nombreux commentaires. Je dois hélas souligner votre radicalité consistant à énoncer des arguments comme s'il s'agissait de vérité révélée. Hélas le monde n'est pas aussi simple, et le réduire aux méchants lobbyistes contre les gentils altermondialistes est tout aussi réducteur. Je n'ai pas la prétention de faire avance le monde par mes idées je n'en ai pas les moyens... Mais je maintiens ce que j'ai écrit. Le débat sur oui ou non existe t-il un réchauffement d'origine anthropique est un débat scientifique. Alors on peut discuter à loisir sur qui est scientifique, qui ne l'est pas, qui a autorité pour dire ceci ou ne pas dire cela, mais ce débat doit rester scien-ti-fi-que. Les politiques n'ont pas à s'en mêler.
Votre commentaire a tendance à politiser la chose, ce qui n'est pas le cas dans de mon billet. Sur ce terrain j'aurais d'ailleurs tendance à croire que l'écologie n'a pas à avoir de couleur politique.
Mais je reste aussi un fervent adepte du débat entre personnes aux opinions contradictoires, c'est pourquoi je ne peux que vous encourager à prendre encore un peu de votre temps pour répondre à mes questions a) à g) pour lequel je n'ai pas encore trouvé de réponse.

Bien cordialement,
AlterEgo

Écrit par : AlterEgo | 28/02/2010

Sinon, n'hésitez pas à faire connaître cette liste autour de vous.

Solidairement

Maxime Combes

Votre adresse est inscrite sur la liste Ucjs-diffusion@rezo.net

Écrit par : citoyenactif | 28/02/2010

L'écologie est un mouvement politique, car il englobe les défis de souveraineté alimentaire, la chute de la biodiversité et la main mise des multinationale comme la multinationale Mosanto. ( voir le Monde selon Mosanto : http://video.google.com/videoplay?docid=-8723985684378254371#). Résultats : augmentation des suicides en Indes, pression sur les agriculteurs qui ne respectent pas la charte de Mosanto (acheter tout les ans les plants d’OGM sous peine de connaître la ruine…) Mosanto a compris que plus que la guerre, la main mise sur l’agriculture lui permet de contrôler un peuple et ces dirigeants.

Les mouvements politiques essayent de reprendre les idées écologique ( La création d'un mouvement écologique de droite) et les multinationales avec le Greenwashing).

Écrit par : mkp | 28/02/2010

Je ne pense pas faire parti des radicale. la taxe carbone est plus globalement la fiscalité verte est un sujet très sensible politiquement.
Le lobbying de la FNSEA consistant a garder la main mise sur l'agriculture en favorisant une politique de grand propriétaire terrien avec un pourcentage d'engrais toujours plus grand avec les risques que l'on connait comme le développement des algues vertes (véritables plaies pour l'écosystèmes, le tourisme, l'emploi et sanitaire).

La question des ressources concernant la surpèche est très politique. Comment préserver emploi et écosystème ( source d'activité futur).

La droite a tendance a voir l'écologie comme une source de profit, sans prendre en compte les êtres humains et le fond du problème. l'idée d'exonérer entre autre le nucléaire ... est un bonne exemple

Écrit par : moy | 28/02/2010

mais les bouleversements climatiques sont un véritable enjeux politiques qui a certes des impacts dans le monde, mais alors que le Nord verra la chute de la productivité, le Sud verra en plus des problèmes sur les ressources vitales, voir sur la vie des peuples.

Voir le dessous des cartes : http://www.dailymotion.com/video/x4mjhq_refugies-climatiques_politics
Réfugiés climatiques: l'insoluble équation : http://environnement.blogs.liberation.fr/noualhat/2008/09/rfugis-climatiq.html

Écrit par : europeecologie | 28/02/2010

Je vais tenter de répondre a la question a) et g)

Le climat a toujours fluctué en période glaciaire et période de réchauffement.
Mais la différence actuelle est que la différence entre les deux périodes se fait actuellement en moins d'un siècle.
Les écosystèmes et donc l'être humain n'auront pas le temps de s'adapter a ces changements brutaux si rien est fait.

Les périodes d'évolutions du C02 et des températures (sont étroitement lié) actuelles, peuvent être comparer avec la catastrophes juste avant l'apparition des Dinosaures. Ce phénomène a découlé de la tectonique des plaques qui a créé la destruction de la pangée.

Lutter contre les bouleversements climatiques passe par limiter l’impact de l’Homme sur son environnement ( dette écologique). La planète n’est pas infinie et les ressources peuvent vite s’éteindre : énergies fossiles, biodiversités…) Des solutions existent, mais le manque de volonté politique et malgré la prise de conscience globale, peu de prise d’acte. A Copenhague, ont a vu les causes de cette échec : Une vision a court terme, des lobbying puissants et des jeux géopolitiques périmés face aux nouveaux défis ( Nous ne sommes plus en période de guerre froide et les états doivent collaborer)

Écrit par : Citoyenactif | 28/02/2010

a) Un peu comme le dit « citoyenactif », le fait que le climat change n’a rien de nouveau. Ce qui est radical est sa vitesse d’évolution. Personne ne cherche à « stopper » le climat, mais à atténuer les changements pour que toutes les espèces vivantes (dont l’homme) puissent s’adapter. Une espèce qui ne s’adapte pas est condamnée à disparaître.... ou à déménager.

b) Le CO2 et autres gaz à effet de serre se diluent dans l’atmosphère est ont une durée de vie de l’ordre du siècle. Vous comprendrez que ces molécules n’attendront pas sagement sur place un siècle sans se balader et faire le tour du propriétaire... Les GES sont des pollutions globales et non locales. Par conséquence ses effets se sentent (et se sentiront) partout. L’exemple du pôle nord et du Kilimanjaro ne sont pas les seuls.

c) Pour répondre à votre question, le mieux est de vous renvoyer à la figure 2.5 du rapport de synthèse du GIEC. Les scientifiques sont capables de modéliser le comportement du climat avec ou sans forçage anthropique. Et les résultats montrent qu’aucun modèle n’est capable de reproduire les températures du XX siècle sans prendre en compte le forçage anthropique. Vous verrez sur ce graphique l’évolution « normale » du climat.

d) Les médias montrent des images, les scientifiques font des recherches, ce n’est pas le même métier.

e) Le problème avec le changement climatique n’est pas derrière nous, mais devant nous. Encore une fois la réponse se trouve dans les rapports du GIEC. Quelque soit le scénario envisagé pour le XXI siècle, le sort est scellé pour les 50 prochaines années en ce qui concerne les températures. Nous sommes loin du réversible....

f) La question n’est pas de savoir si le climat est le « meilleur », mais si nous serons capables de nous adapter. Il y a 18000 ans, au maximum de l’ère glaciaire, le Canada (entre autre) était recouvert de glace alors que la moyenne globale terrestre n’était « que » de 6° inférieure à celle de nos jours. Demandez donc aux Canadiens si un siècle est suffisant pour s’adapter à une même amplitude de changement.

f bis) L’agriculture bénéficiera du changement climatique tant que la température n’excèdera pas de +2°C. Il y a aussi des effets involontairement bénéfiques.

fter) Question confuse. Tout dépend pour qui ! Actuellement c’est aux latitudes moyennes que la densité est la plus élevée

g) Pourquoi pas

h) Le réchauffement climatique au cours du XX siècle est sans équivoque. La température terrestre a augmenté en moyenne de 0,6°C. Donc pas besoin d’attendre 2020 pour ça. La canicule de 2003 correspondait à une augmentation de 3°C par rapport à la moyenne. Il vous suffira d’attendre +3°C pour que la canicule de 2003 soit tout à fait normale.

Pour conclure, la grande partie de vos réponses se situent dans les rapports du GIEC. Il suffit de les lire.

Écrit par : Julien C. | 16/03/2010

Votre article m'a fait du bien car je pense évidemment comme vous.
Je vous trouve beaucoup de mérite à tenter le débat objectif dans l'ambiance actuelle.
Faîtes vous plutôt accueillir au GIEC où se trouvent tous les "bons" scientifiques ;o)

Écrit par : paul | 16/03/2010

Tout d'abord Julien C. je veux vous remercier pour le temps que vous avez pris à répondre à mes interrogations.

Je n'ai pas de culture scientifique assez développé pour aussitôt contrer certains de vos arguments, mais je persiste à ne pas être d'accord avec votre réponse b) sur les gaz à effet de serre, entre autre parce que le CO2 étant plus lourd que l'air, sa tendance naturelle est à ne pas rester dans l'atmosphère durant un siècle.

Pour ce qui est de c) et je vous cite "aucun modèle n’est capable de reproduire les températures du XX siècle sans prendre en compte le forçage anthropique". Ce n'était pas ma question. Ma question serait plutôt "quel serait la courbe des températures du XX siècle sans forçage anthropique ?"

Votre réponse à ma question e) est la plus pessimiste qu'il m'ait été donné de lire jusqu'à présent, et elle m'étonne car ce n'est pas le discours le plus admis. La tendance ici serait au contraire de "forcer" les décisions pour les toutes prochaines années afin de limiter l'impact sur les prochaines 50 années. Un discours consistant à dire "quoi que nous fassions c'est "mort" pour les 50 prochaines années" n'aurait pas le même impact sur l'opinion publique. C'est cette différence dans la nuance qui attise ma curiosité sur ce point.

Je regrette un peu que vous teniez ma question Fter) - auquel je suis de plus en plus attaché - pour confuse. Le GIEC par exemple produit bel un bien un rapport dans lequel les tendances données sont "globales". Je ne vois pas pourquoi ma question devrait moins l'être.
Vous conviendrez avec moi que le slogan "d'ici 2100 la température moyenne sur le Globe augmentera de x à y°" est pratique pour faire prendre conscience du problème, mais extrèmement réducteur. Ce que je crains ici c'est que - quel que soit le modèle retenu - il y aura des gagnants dans le réchauffement qu'on nous promet. Et ce que je vois, c'est que cela est bel et bien "caché sous le tapis", afin de ne pas donner d'argument permettant aux politiques de se dédouaner de toute mesure coercitive.
Et si j'étais égoïste, j'ajouterais qu'étant dans la région LA MOINS ensoleillée de France, quelques ° et quelques centaines d'heures de Soleil en plus seraient une vraie bénédiction...

Enfin, et puisqu'il "suffit" de lire les rapports du GIEC - je note que vous parlez bien du rapport et non pas du "résumé à l'usage des décideurs", je voudrais savoir s'il existe déjà un retour sur expérience concernant le 1er rapport du GIEC. Ce dernier n'étant pas disponible en téléchargement sur leur site Internet, je ne peux pas en faire l'analyse critique.

Bien à vous,
AlterEgo

Écrit par : AlterEgo | 16/03/2010

Merci Paul pour vos encouragements. Hélas je pense que la route qui me mènerait au GIEC est bien longue, trop sans doute...

Écrit par : AlterEgo | 16/03/2010

Merci Julien C. Tu as bien résumé ma vision . Nous vivions sur une planète finie et même claude Allègre le reconnais.
Nous avons intérêts a préserver l'environnement car il fait parti de notre bien être, de l'emploi, des risques sanitaires ( emplifié par les bouleversements climatiques).Il faut traiter tout les problèmes / urgences et sans dire que le climat est prioritaire sur les autres, il faut les traiter dans une vue d'ensemble.
Le vrai scandale est le nombre de personne n'ayant pas accés a l'eau potable, aux ressources agricoles... C'est de notre responsabilité.


Cette vidéo http://www.transition-s.fr/. Cela va au dela d'un programme politique classique, mais sur une remise en cause complète de notre système face a l'urgence climatique et sociale.
Une présentation du conseil National de la résistance, puis le parallèle entre la politique de l'autruche de l'entre deux guerres et celle de maintenant. Tout comme Coluche dénoncait déjà la corruption, la guerre entre parti et même au sein d'un même parti, la désilution. A des politiques qui ne pensent qu'a réprimer, surfer sur la corde sensible de la xénophobie a défaut de vrai programme a chaque élections, a des mesures qui manquent de profondeur car c'est sur le long terme ( au delà de sept ans de mandat). A cela s'ajoutent une crise financière grave ( il faut aller au delà de la simple moralisation du marché, mais changer en profondeur le système vers des emplois de proximité, relocalisation, prise en compte de l'Ecologie...) Si on veut que l'on se réintéresse a la politique. C'est ce que décrit cette vidéo.

Écrit par : citoyenactif | 16/03/2010

Même si on doute du bouleversement climatique, ce qui n'est pas mon cas au vu des preuves et des discutions que j'ai eu, on ne peut pas nier que notre planète est finie, que l'on ne peut plus consommer autant d'énergie fossile, que la souvraineté alimentaire se fait de plus en plus présent.
Les seuls qui ont attaquer le GIEC, sont des multinationales, connaissant les problèmes, mais préférant continuer leur juteux marché et retarder ainsi l'échéance de leur restructuration.
On le voit avec les raffineries et les grêves a répétitions liés a un système qui va dans le mur

Écrit par : citoyenactif | 16/03/2010

Je ne vais tout de même pas contredire le fait que la Terre est finie. Par contre sur le terrain de l'énergie fossile je vous rejoint tout à fait. Je suis d'ailleurs très surpris que les écologistes ne soient pas plus pugnaces que cela sur la problématique de la voiture à essence.
Voyez mon blog et sa rubrique "pour", vous serez sans doute surpris d'y lire que je suis "pour" la voiture électrique. J'ajoute même que - au vu des déclarations des uns et des autres - je suis encore plus impatient que les écologistes à la voir arriver. C'est dire !

Écrit par : AlterEgo | 16/03/2010

Alterego

Avant tout, je vous félicite pour votre curiosité. Beaucoup de ceux qui contredisent les scientifiques ne cherchent même pas à en savoir plus avant d’affirmer la thèse du complot. La machine climatique est très complexe et englobe beaucoup de spécialités, l’objectif de mon commentaire n’est donc pas de tout d’expliquer. (Et surtout personne ne peut se vanter de tout savoir !)

Les CO2 est en effet plus « lourd » que l’air. Mais sa masse volumique n’explique rien (pas que je sache). Le plus important à comprendre est que le CO2 est très stable chimiquement, c’est à dire qu’il ne réagit avec rien, autrement dit il ne disparaît pas tout seul. Le monde parfait n’existant pas, il arrive un moment ou il est soit absorbé (océan, végétaux), soit transformé. Et généralement cela prend bien plus d’un siècle (s’il n’est pas absorbé). Le fait que le carbone soit « collé » à la surface n’aide en rien, car les puits (océan et végétation) sont « saturés »

En ce qui concerne vos questions f) (« Quel serait le climat idéal de la Terre ?” etc), c’est difficile de répondre en qq lignes. Je suis heureux de savoir que vous apprécierez un peu plus de soleil pendant vos week-end, mais peut être que le vin de votre région disparaîtra, ou que les parasites auront eu raison de vos arbres. Un climat « idéal » selon moi serait avant tout un climat relativement stable.

« quel serait la courbe des températures du XX siècle sans forçage anthropique ?" Je m’excuse si je me suis mal exprimé. Les bons dessins valent mieux que les mauvais discours, vous aurez la réponse sur ce graphique. http://www.newscientist.com/data/images/ns/cms/dn11649/dn11649-1_688.jpg


e). Les décisions qui seront prises dans la prochaine décennie auront des conséquences considérables sur le siècle à venir, et surtout sur la deuxième moitié du XXI siècle. D’ici 2040, la température (qui n’est qu’un seul paramètre !) sera peu dépendante du scénario choisi. http://climatic.inforef.be/images/conferences/lorrain47.jpg

“Un discours consistant à dire "quoi que nous fassions c'est "mort" pour les 50 prochaines années" n'aurait pas le même impact sur l'opinion publique”. Dit comme ça brut de coffrage, je partage votre opinion. +1°C d’ici 2050 ans, rien n’est perdu, en revanche +4°C en 1 siècle, là le mot “mort” pourrait convenir pour de nombreux terriens. Nous avons donc encore le choix de notre destin.


A cette adresse vous trouverez le rapport du groupe de travail 1 en libre téléchargement.
http://www.ipcc.ch/publications_and_data/publications_ipcc_fourth_assessment_report_wg1_report_the_physical_science_basis.htm


L’ennui avec les climato sceptiques, est que je doute fortement qu’ils aient lu ou compris les rapports du GIEC. Ceux qui critiquent le GIEC seraient ils ceux qui ne lisent pas les rapports ? . Ce n’est absolument pas une critique de ma part. Les rapports du GIEC sont en anglais et requièrent un minimum de culture scientifique, ce n’est donc pas accessible à tout le monde. Et ce n’est pas parcequ’on a étudié autre chose que les sciences que l’on n’aurait pas droit de donner son avis. Il n’est pas possible d’ignorer qu’une partie des citoyens terriens n'est pas d’accord avec les résultats des scientifiques (et je les respecte, donc prends mon temps pour leur répondre)
Mais le problème (selon moi) devient plus philosophique que scientifique. Ce n’est pas parceque l’on ne sait pas tout qu’il n’y a pas de danger. L’ignorance n’est pas une assurance. Pour résumer, il ne faut pas attendre de savoir tout avec certitude avant d’agir.
****Accepter la taxe carbone !***

En espérant avoir éclairé les esprits curieux.

Julien C.

Écrit par : Julien C. | 16/03/2010

Hélas citoyenactif, je me dois de supprimer votre dernier commentaire, qui soit m'était adressé directement et relevait donc de la correspondance privée(1), ou soit n'était qu'une annonce et en ce cas ne peut pas s'apparenter à un commentaire.
Cordialement,
AlterEgo

(1) Je ne pourrais pas être sur place, j'en suis désolé.

Écrit par : AlterEgo | 23/03/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu