Avertir le modérateur

28/02/2010

Vous voyez ce que je ne vois pas ?

Le séisme qui vient de frapper au Chili a généré un raz-de-marée(1). Le journal "Le Monde" de ce jour relaie une vidéo censée montrer le phénomène. Mais ou bien ce n'est pas la bonne vidéo, ou bien j'ai du mal à ouvrir les yeux en ce dimanche matin, mais point de vague géante sur mon écran d'ordinateur. Pourtant le texte accompagnant l'image est on ne peut plus clair : "Sur ces images, on voit la mer se retirer, juste avant l'arrivée des vagues de tsunami qui créent un phénomène d'aspiration de l'eau."
Mais j'ai beau me passer et me repasser ces images en boucle façon CNN, je ne vois ni la mer se retirer, ni les "vagues de tsunami" promis par le texte, ni encore moins le "phénomène d'aspiration de l'eau". Et vous, voyez-vous ce que je ne vois pas ?

J'en profite pour égratigner au passage les scientifiques qui feraient bien d'affiner leur modèle de calcul de hauteur de vague afin de ne pas annoncer 2 mètres quand c'est en réalité la moitié qui survient : "Les scientifiques craignaient des vagues jusqu'à 2 mètres de haut à Hawaï. Elles furent finalement deux fois moins [haute], après le séisme du samedi 27 février au Chili".

(1) Je fais partie de ceux qui estiment que le terme "tsunami" devrait être réservé pour les raz-de-marée se produisant au Japon.

11:18 Publié dans Actu | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : séisme, chili, hawaï, tsunami

21/02/2010

Relancer le débat

(Billet publié une première fois sur ce blog le 1er janvier 2010, et réactualisé chaque fois que je le décide...)

La vitesse à laquelle une actualité chasse l'autre ne cesse d'augmenter. Et parfois un lien est fait avec une actualité précédente, voire ancienne. Alors le journaliste va décréter : "Ceci relance le débat sur ...". Vous ne me croyez pas ? Une tentative d'attentat ratée dans un avion relance le débat sur la sécurité dans les aéroports, une fusillade en Finlande relance le débat sur la législation des armes à feux dans ce pays, la vaccination de toute une population contre la grippe A(H1N1) relance le débat sur les risques encourrus. Voici pour ces derniers jours. Quand l'actualité et l'émotion commandent à la législation, ce ne peut pas être bénéfique pour la société. Sur ce point je suis en total accord avec François Bayrou qui lors de ses voeux à la presse avait non seulement raison à propos du passé, mais aussi à propos du futur : "On prend des décisions, parfois pour le 20 heures du jour même". Nul doute que nous aurons très l'occasion de relancer le débat...

Complément du 9 janvier 2010

Il n'aura pas fallu longtemps hélas pour compléter mon billet, et c'est un fait divers qui aujourd'hui relance le débat sur la sanctuarisation de l'école.

Complément du 21 février 2010

Une fois de plus un débat est relancé après un fait divers, ce coup-ci à propos des prisons.

Complément du 1er  mars 2010

Une fois de plus un débat est relancé après la tragique tempête qui a frappé la France ce week-end. J'ose croire que c'est hélas un mal nécessaire...

 

10:00 Publié dans Actu | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, débat, bayrou

13/02/2010

Petites réflexions autour du prix du Loto et du prix de la musique

C'est par le plus grand des hasards que j'ai décidé de mettre en perspective le loto et la musique. En premier lieu c'est un article lu sur un blog, et dont hélas je n'arrive plus à trouver le lien, mais qui en substance disait qu'aujourd'hui la musique légale était trop chère et que c'était à cause de son prix qu'il y avait autant de piratage. 
En second lieu c'est moi, qui vient à l'instant de jouer au loto(1). Mais là où je veux en venir c'est qu'entre les deux un gouffre s'est constitué en matière de prix relativement de l'un à l'autre. 
Au moment de sa création en 1976, remplir une grille de loto coûtait 1 Franc Francais, soit 15 centimes d'Euros. Aujourd'hui le prix de cette même grille a été multiplié par 13, pour atteindre 2 Euros. A cette époque j'achetais mon premier 45 tours, et à peine quelques années plus tard mon premier 33 tours. Les prix ? 12,50 Francs pour le 45 tours et 33 Francs pour le 33 tours. Ce qui me fait dire qu'en toute logique, la seule inflation devrait porter le prix du dernier album de Diam's à 65 euros ! Alors qu'avec un prix moyen du titre mp3 à 0.99 euros, toute l'inflation de ces trente dernières années a disparu(2)(3).
C'est ce qui me fait dire que primo non, définitivement non, la musique n'est pas chère du tout et qu'au contraire jamais elle n'a été aussi abordable(4) ; et que deuxio oui, définitivement oui la Française des Jeux se dégage des marges phénoménales puisque si le Loto avait suivi le prix de la musique, chaque grille devrait coûter au parieur environ 15 centimes d'euros !


(1) Non je ne vous donnerai pas mes numéros !
(2) La première fois que j'ai mis une pièce de 50 centimes dans un juke-box plutôt que dans un flipper, ce fut pour écouter ça. J'ai une pensée émue pour celles qui ont commencé leur éducation musicale par ça ...
(3) Préciser ici que si on s'amusait à faire une rétro-inflation, on en arriverait à se dire qu'à l'époque le 45 tours valait 7 centimes d'Euro et l'album à peine 2 Euros...
(4) D'autant que le pouvoir économique des jeunes d'aujourd'hui est sans commune mesure avec le pouvoir économique des jeunes d'il y a trente ou quarante ans.

11:44 Publié dans Actu | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : loto, musique, mp3

07/02/2010

Quand la loi transforme les mots. Aujourd'hui : le mécénat

Vous ne le savez pas - ou pour celles et ceux qui savent vous ne le réalisez peut-être pas vraiment - mais la Loi transforme les mots. Je suis certain que vous voulez un exemple, histoire de juger par vous-même. Voyez donc celui-ci et dites-moi si la loi ne change pas la définition du mot mécène.
Commençons par ouvrir le J.O., le Journal Officiel. C'est une lecture très intéressante une fois passé la barrière que représente l'austérité de sa présentation. On peut y lire dans l'édition du 4 février 2010 que l'Etat souhaite se porter acquéreur du fond de Guy Debord, et ce par le biais du mécénat d'entreprise. Et c'est justement là que la loi transforme les mots, car pour moi un mécène est quelqu'un qui protège les arts pour l'amour de l'art ; il ne doit pas les protéger pour réaliser une bonne affaire financière. Or apprenez que les entreprises qui participeront à cette opération verront les sommes engagées bénéficier d'un crédit d'impôt de 90%(1). A ce titre là ce n'est plus du mécénat, mais une basse opération mercantile(2), sans compter qu'au bout du compte ce sont nos impôts qui financeront ces 90% de dégrèvement(3).
Selon mon principe de "critiquer c'est bien, proposer c'est mieux", j'ai une solution toute trouvée pour ce cas : on ne change presque rien à la loi, on transfère seulement le droit de réaliser cette opération des entreprises vers les contribuables. Ainsi, pour 1 000 euros d'engagé dans une opération qui se veut avant tout altruiste et philantropique, l'état rembourserait 900 euros. Je peux vous promettre qu'avec une telle mesure notre Ministre de l'Économie, de l'Industrie et de l'Emploi deviendrait plus que populaire !

(1) C'est bien ça : 90% de réduction d'impôt, je confirme !
(2) Entre nous ce n'est rien d'autre qu'une niche fiscale, inscrite à l’article 238 bis 0 A du code général des impôts.
(3) L’appel au mécénat d’entreprise porte sur 1 080 000 euros, ce qui veut dire qu'une ou plusieurs entreprises verseront 108 000 Euros, et les contribuables 972 000 Euros...

10:05 Publié dans Actu | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mécénat, loi, niche fiscale

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu