Avertir le modérateur

24/11/2014

Les Restos du Coeur, 30 ans et toujours présent

L'initiative de Coluche restera à jamais une idée généreuse. Trop généreuse même puisque dans l'esprit de l'artiste la distribution des repas se concevait sans inscription, sans dossier à remplir, sans critères à respecter. On ne le dit pas assez mais ce sont les abus* qui ont poussé l'association à se résoudre à délivrer cette prestation sous conditions de ressources.
Ceci étant posé les chiffres sont impressionnants puisque nous sommes passés de 8,5 millions de repas distribués lors du premier hiver 1985-1986 à 130 millions l'an dernier.
Le pays est pourtant plus riche qu'il y a 30 ans ; les prestations sociales y sont plus importantes, plus "ciblées", mieux orientés disent les politiques. Alors pourquoi année après année toujours plus de personnes se tournent-elles vers les Restos du Coeur ? A t-on par exemple observé un recul du nombre de repas servis à la fin des années 90 ? Pour mémoire durant plusieurs années la France a connu une croissance forte, près de 3,5% par an**. Toutes les conditions étaient réunies pour que moins de monde s'inscrive aux Restos du Coeur durant ce mini "âge d'or" et pourtant cela n'a pas été le cas.
Autre sujet qui me tient à coeur, qui sont aujourd'hui les nouveaux bénéficiaires ? J'ai très envie d'en savoir plus sur celles et ceux qui cet hiver seront pour la première fois de leur vie aux Restos du Coeur. Sont-ce les dernières victimes de la crise ? Quel "accident de vie" les a conduit ici ? A quelle catégorie socio-professionnelle appartiennent-ils ? Cette question est plus importante qu'on pourrait le croire au premier abord. Ces "nouveaux" pauvres d'aujourd'hui sont-ils toute proportion gardée plus pauvres que les pauvres d'il y a 30 ans ? Il faut le savoir car on ne peut pas combattre la pauvreté sans la connaître à fond, aussi bien dans ses composantes statistiques que dans ses conséquences au quotidien***.
L'article sur le sujet qui m'a servi de base pour ce billet est certes complet mais pas assez détaillé à mes yeux. Par exemple on apprend que sur le million de personnes qui bénéficient de la distribution de repas "55% sont des chômeurs, 7% des retraités, 6% des handicapés, 6% des actifs (des CDI des CDD) et 1% des étudiants." Désolé de chercher la petite bête mais cela ne fait pas le compte. En simplifiant (à peine) cela fait 550 000 chômeurs, 70 000 retraités, 60 000 handicapés, autant d'actifs et 10 000 étudiants ; Total 750 000. A quel(les) catégorie(s) appartiennent donc les 250 000 personnes qui vont aux Restos du Coeur et qui ne sont donc ni au chômage, ni en retraite, ni actifs, ni étudiants et pas handicapés ? Allons plus loin : Quand bien même nous serions en période de plein emploi (rêvons un peu!) il resterait un demi-million de personnes toujours inscrites aux Restos du Coeur, presque 10 fois plus de personnes qu'à la création de l'institution par Coluche. La conclusion s'impose d'elle-même, brutale : La pauvreté ce n'est pas que le chômage et la fin du chômage ne signifiera pas la fin de la pauvreté.
L'article fait aussi preuve d'imprécision quand il s'agit de parler des dons : S'il est précisé qu'ils viennent à 45 % des dons et des legs, à 30% des subventions publiques françaises et européennes et à 12,5% de la tournée et des albums des Enfoirés, on ne sait rien des 12,5% restants. Alors pour une fois soyons lyrique et disons que c'est de l'argent tombé du ciel...

* Je suis de plus en plus "fan" de sociologie : Qui sont ces gens qui ont abusé des Restos du Coeur ? Quel était leur profil type ?
** Un chiffre qui aujourd'hui fait rêver ! Rappelons ici que la croissance pour 2014 sera au mieux de 0,4%.
*** J'ai connu cela.

13/11/2014

Même l'AIE s'y met ...

Je n'avais pas imaginé l'Agence Internationale de l'Energie se mêler de climat. C'est pourtant ce qui vient de se produire au travers du dernier rapport prospectif diffusé. On y apprend que la température moyenne de la Terre pourrait augmenter jusqu'à 3,6°C de plus qu'aujourd'hui d'ici 2100.
Bien entendu les médias qui reprennent l'information ne s'y trompent pas et ce qui est présenté comme une hypothèse (probabilité forte selon l'AIE mais hypothèse tout de même) est vite transformée en avenir certain.
Mais pour une fois donc, tenons ceci pour vrai. Ce qui ne cessera de m'étonner par contre c'est cette propension du climat à systématiquement proposer une évolution digne d'une crosse de hockey sur glace (en anglais : hockey stick).aie,climat
En effet si j'ajoute l'information de l'AIE à celle toute récente du GIEC on doit déduire que le climat qui était au niveau "0" en 1880 a augmenté de 0,86°C jusqu'en 2000 et augmentera de 3.6° entre 2014 et 2100. On peut effectivement parler de hausse spectaculaire. Reste à savoir maintenant si tout cela sera vrai...

18:58 Publié dans Actu | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : aie, climat

08/11/2014

Et pour quelques dizaines de millions d'années...

La Lune a connu une activité volcanique nous apprend "le Monde". Oh il n'y a pas longtemps puisque c'était il y a quelques dizaines de millions d'années*. Je sais bien que depuis un siècle tout est relatif mais ce "quelques dizaines" me fait hausser le sourcil.
En effet tout dépend de l'échelle de départ. En toute logique, puisque là nous parlons planétologie, on pourrait aller jusqu'à dire que cette activité était récente. Dans cette discipline l'unité de base serait plutôt la centaine de millions d'années et l'expression du Monde a dès lors toute sa place.
Si par contre nous nous plaçons à l'echelle humaine c'est véritablement une autre histoire. Pour vous en convaincre faites-donc cette courte et instructive expérience : Partez de l'extrémité gauche de la plus large table de votre domicile et tracez une première marque à 1mm sur la droite, oui 1 millimètre. Dites-vous bien que 100 ans tiennent dans ce petit espace et il est déjà difficile d'y mettre votre naissance ou celle du petit dernier.
Avec cette échelle le millier d'années tient en 1cm. Mais 10cm ce n'est "que" 10 000 ans. Cela signifie que pour arriver au premier million d'années votre trait sera déjà à 10 mètres du point d'origine. J'espère qu'à ce stade votre salle à manger donne sur votre (grand) jardin car pour simuler les "quelques dizaines de millions d'années" de l'article vous devrez marcher durant... 65 mètres**. Et au retour de votre courte promenade n'oubliez pas de jeter de nouveau un oeil sur le millimètre de départ et songez à tout ce qui s'est passé au XXème siècle. Je ne doute pas qu'ensuite vous aussi vous relativiserez sur l'Histoire en marche...

* L'article fait le rapprochement avec les dinosaures. Dans ce billet j'ai considéré le "quelques" comme étant de 6 et demi...

** Les dinosaures ont vécu sur Terre durant 100 millions d'années. Leur règne tient donc en 100 mètres selon notre échelle. Notre calendrier de 2014 ans représente 2 centimètres.

14:17 Publié dans Actu | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : volcans, dinosaures

04/11/2014

Climat : Les interrogations d'un interrogationniste

Le dernier rapport du GIEC (AR5) vient d'être rendu public et le moins que l'on puisse dire est qu'il est plus alarmiste que jamais. Mais c'est surtout la déclaration de John Kerry qui m'a poussé à de nouveau écrire sur ce sujet. En effet pour le secrétaire d'Etat américain « ceux qui décident d'ignorer ou de contester la science [...] nous mettent tous en danger, ainsi que nos enfants et petits-enfants ».
Moi qui reste un interrogationniste je suis plus que montré du doigt face à cette déclaration, surtout que je ne suis l'envoyé d'aucun lobby, je n'ai aucun intérêt à défendre et je n'attends rien en retour de tout ce que je peux dire ou écrire.
Mais comme dans le même temps je persiste à contester certains points évoqués par le GIEC (dont les prédictions, même si ce n'est pas là le sujet de mon billet) je ne sais plus comment dois-je me décrire. Pour le dire de manière diplomatique je suis au mieux un irresponsable* puisque le réchauffement climatique ne peut plus être ignoré, dixit ce même GIEC. Tant pis pour moi donc, qui continue à (se) poser des questions.
Toutefois je vais commencer ce billet par le seul point que j'ai trouvé positif dans ce rapport. à savoir de combien la température de la Terre avait-elle évolué depuis un siècle. Selon le GIEC l'augmentation a été de +0.85° C entre 1880 et 2012. Je ne vais pas ergoter sur le choix des dates, après tout en climatologie nous ne devrions pas être à une dizaine d'années près, seulement noter que cela ne fait vraiment pas beaucoup, surtout si l'on regarde le climat moyen qui régnait sur Paris en toute fin de XIXème, début du XXème siècle. A cette époque on patinait sur la Seine** en hiver car le fleuve était pris par les glaces durant de longues semaines. Je reste très surpris de voir que moins d'un degré de hausse ait eu pour conséquence la disparition totale du gel de la Seine.
Un autre  point sur lequel je persiste à m'interroger repose sur la qualité des mesures et la mesure en elle-même. A en croire le GIEC on est donc capable de mesurer la température moyenne de la Terre à 0,01°C près et ce sans marge d'erreur (ou alors avec une marge inférieure à 0,004° C). Passionné d'astronomie je suis bien placé pour savoir que dans certains domaines la précision est parfois époustouflante (ex. la vitesse de la lumière) mais ici je n'arrive pas à comprendre la méthode. Il existe des thermomètres capables de mesurer une température à 0,01° C près certes mais pour un environnement où justement la température ne varie pas d'un millième de degré. J'imagine que "dehors" la mesure se trouble au moindre phénomène, qu'elle évolue seconde après seconde. Quel est l'intérêt scientifique d'avoir ce degré de précision ? (sans jeu de mot). A quel moment se prend la température ?
Et puis comment se calcule la température moyenne de la Terre entière ? Là aussi je n'imagine pas un instant un thermomètre au Panthéon, un autre au Sahara et un troisième au Pôle Nord pour ensuite faire la somme des températures et diviser par 3. Comment fait-on alors ? La communauté scientifique est-elle d'accord avec le protocole de mesure ? Enfin dernière interrogation sur ce thème pourquoi n'arrive t-on pas à connaître jour après jour cette température moyenne ? Comment évolue t-elle d'une semaine sur l'autre, d'un mois sur l'autre ?
Là où je veux en venir est que je suis prêt à parier que ce qui est annoncé comme une "moyenne" n'est pas la division de la somme des mesures par leurs nombres mais le résultat d'une formule complexe qui n'est ni publiée ni encore moins expliquée dans le rapport. Le GIEC est silencieux sur ce thème, sans doute parce que tout simplement personne ne l'a jamais interrogé sur ce sujet. Il serait bon que quelqu'un le fasse. 

* Et au pire je suis un négationniste avec toute la connotation péjorative que ce terme implique...

** Relire ce que j'écrivais en 2013, notament le point c) 

18:41 Publié dans Actu | Lien permanent | Commentaires (0)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu