Avertir le modérateur

20/09/2009

Quand on ne sait pas dessiner, on écrit

Comme je regrette aujourd'hui(1) de ne pas savoir dessiner. J'aurais égayé ce blog d'un dessin humoristique, du féroce actualité façon Plantu. Imaginez la scène : Après les inondations de Sainte-Maxime, le ministre de l'Intérieur - Brice Hortefeux - est dans une barque au milieu d'une rue inondée. A ses côtés un officiel, maire ou préfet. Le ministre échange avec celui-ci(2) : "Quand il pleut un peu ça va, c'est quand il pleut trop qu'il y a des problèmes." A vos crayons !

 

(1) Seulement aujourd'hui, les autres jours je ne regrette pas...

(2) ou celle-ci. Comme souvent signalé sur ce blog, le féminin est ici implicite.

     

     

    18/09/2009

    Deux passagers qui changent tout

    Selon un article paru dans la presse (très) spécialisée de ce jour, le trafic passagers d'Aéroports de Paris a encore reculé en Août 2009. On nous précise que la baisse est de 4,5% pour Charles de Gaulle et 1,1% pour Orly. Au-delà des chiffres, ce qui m'étonne le plus ici est l'importance de chaque passager. Tout porte à croire que le modèle économique dans lequel nous vivons est si fragile qu'une baisse de 1,1% est ressentie comme un effet direct de la crise.
    2 400 000 passagers à Orly et tout va bien ; mais avec 2 373 600 passagers soudain tout va mal...
    Le meilleur si j'ose dire est pour la dernière phrase de l'article, que je vous livre ici in extenso : "Le taux de remplissage des avions est tombé à 80,6% contre 78,99% en août 2008". Non je n'ai pas fait de fautes en recopiant, le remplissage des avions est en hausse ! A moins bien sûr que ce ne soit qu'une regrettable coquille, et qu'il faille lire que le taux a reculé à 78,99% contre 80,6% l'an passé. Mais alors on déduit que si deux passagers vous manquent, tout l'avion est dépeuplé...(1)


    (1) Désolé d'insister, mais si la viabilité de l'économie du secteur aérien dépend de deux passagers en plus ou en moins dans un avion, c'est qu'il y a véritablement un problème quelque part...

    18:19 Publié dans Actu | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : aéroports, orly, roissy, passagers

    11/09/2009

    Dur, dur d'être remboursé !

    Non je n'ai pas joué à deviner quel joueur de l'équipe de France de Football a marqué contre son camp lors de France-Roumanie de samedi dernier. Mais j'ai vu en bas de l'écran la phrase "règlement et remboursement" sur tf1.fr
    Alors si j'avais joué, je serais remboursé ? Afin d'aider les téléspectateurs qui auraient joué(1), voici la démarche à suivre pour être remboursé.
    D'abord trouver le lien, ce qui je dois l'avouer est relativement facile, mais à condition de savoir qu'il ne peut être situé que tout en bas, au mileu de tous ces liens où l'on ne clique jamais...
    Il faut ensuite trouver son "jeu", pas si simple en fait, car il y en a 51(2). Puis une fois trouvé la bonne photo, cliquer pour accéder au PDF du règlement. Las, ce dernier ne vous donne pas directement la marche à suivre. En effet, si l'article 5 donne bien l'adresse où envoyer la demande, "La liste des pièces justificatives, à fournir obligatoirement pour bénéficier du remboursement, est décrite à l’Article 7 du Règlement Général consultable à la rubrique Jeux TV : modalités de remboursement sur le site Internet « tf1.fr »". 
    Bon ici vous devez bien relire deux ou trois fois la phrase avant de savoir où aller. Mais enfin on y arrive et l'on comprend qu'il existe un règlement "général", et par conséquent 51 règlements secondaires(3). Le règlement général parle lui - en son article 7 - des pièces à fournir. Pour faire oeuvre utile je vais le citer dans son intégralité. Je vous aurais prévenu, c'est très long...

    ARTICLE 7 : REMBOURSEMENT DES FRAIS DE PARTICIPATION

    Les participants pourront obtenir le remboursement des frais occasionnés par leur participation effective au Jeu ainsi que les frais d'affranchissement afférents aux demandes de remboursement, sous réserve des conditions citées dans le présent règlement. Pour les participants dûment inscrits, le coût du (des) appel(s) téléphonique(s) et/ou de l’envoi du (des) SMS engagé(s) pour la participation à la (aux) Session(s) du Jeu sera remboursé sur la base du montant indiqué en annexe du présent règlement, et ce en adressant une demande écrite. Pour être traitée, la demande devra impérativement comporter les documents suivants dans les conditions décrites ci-après :
    - La copie des pages suivantes de la facture détaillée(*) de la (des) ligne(s) téléphonique(s) utilisée(s) pour participer au Jeu : la 1ère page faisant apparaître les coordonnées complètes du titulaire de la ligne téléphonique (nom, prénom et adresse postale complète) ainsi que le numéro de téléphone attribué ;
    - uniquement la ou les page(s) de la facture détaillée faisant apparaître le(s) numéro(s) composé(s) pour participer au Jeu (les pages de la facture détaillée ne comportant pas de numéro composé pour participer au Jeu ne doivent pas nous être envoyées).
    Chacun des numéros composés pour lesquels le remboursement est demandé devra avoir été clairement identifié (par exemple en surlignant). Devront également apparaître sur ces pages la date et heure de chaque appel ainsi que le montant facturé par l’opérateur ;
    - Un RIB (Relevé d’Identité Bancaire) ou un RIP (Relevé d’Identité Postal) au nom du titulaire de la (des) ligne(s) téléphonique(s) utilisée(s) pour participer au Jeu.
    (*) Si la facture détaillée n’est pas délivrée gratuitement par l’opérateur, le coût de la facture détaillée jointe à la demande de remboursement pourra également être remboursé sur demande, sur simple présentation d’un justificatif tarifaire de l’opérateur ou de la mention claire et apparente du coût de ladite facture sur la facture détaillée. Si le(s) appel(s) a(ont) été effectué(s) depuis un téléphone mobile équipé d’une carte prépayée ou d’une télérecharge, il est demandé aux participants de se rapprocher de leur opérateur aux fins d’obtenir une facture détaillée, la plupart des opérateurs proposant généralement ce service à partir de leur portail internet.
    Toute demande de remboursement devra être effectuée par écrit et par voie postale exclusivement, au plus tard quatre-vingt-dix (90) jours calendaires après la date de participation au Jeu (cachet de la poste faisant foi) à l'adresse postale suivante :
    e-TF1
    Remboursement Jeux SMS et Téléphone
    1 Quai du Point du Jour
    92656 Boulogne Cedex
    Toute demande de remboursement ne correspondant pas à une participation effective, n’incluant pas l'ensemble des éléments nécessaires à son traitement et listées au présent règlement, transmise au delà de la date mentionnée ci-dessus (cachet de la poste faisant foi), incomplète, illisible, inexploitable, erronée, ne faisant pas apparaître de manière distincte les communications dont le remboursement est demandé ou ne respectant pas les conditions de forme ci-dessus, sera automatiquement rejetée. La demande de remboursement est traitée en moyenne sous trois (3) à six (6) mois, par virement bancaire, sous réserve de la réception de l’ensemble des informations demandées aux fins de traitement. Les frais de photocopie éventuellement engagés pour la demande de remboursement des
    frais de participation pourront être remboursés, sur une base de 0,05€ TTC (cinq centimes d’euros) par photocopie, sur simple demande écrite figurant dans la demande de remboursement. Les frais de photocopie concernant tout document sans rapport avec la demande de remboursement (par exemple photocopies de factures détaillées sur lesquelles il n’y a aucun numéro composé pour participer au Jeu) ne seront pas remboursés.
    Les frais postaux engagés pour la demande de remboursement des frais de participation ou la demande de consultation des modalités de remboursement seront remboursés au tarif lent en vigueur sur simple demande écrite figurant dans la demande de remboursement.

    Voilà ! Après environ 4 mois et demi(3), vous aurez la joie de voir sur votre relevé un virement bancaire en provenance de e-TF1, et d'un montant minimum d'un euro et trente centimes(4).  Mais entre les milliers de SMS envoyés chaque jour par les téléspectateurs et les demandes de remboursement(5), il n'y a pas photo...

    (1) Il ne vous aura pas échappé que - pour être rentable - ce "jeu" doit rapporter plus qu'il ne coûte. A l'occasion de Serbie-France il y avait en jeu une voiture d'une valeur de 9000 Euros (ou un chèque de 7000 euros). Je vous laisse calculer le nombre minimum de SMS nécessaires pour "couvrir" la dépense. Il ne vous aura pas échappé qu'au bout du compte ce sont les perdants qui payent le lot du gagnant.
    (2) Preuve que ça doit rapporter...
    (3) Délai moyen constaté
    (4) Mais que fait le CSA ? Le télespectateur a 90 jours pour envoyer sa demande, le cachet de la poste faisant foi, et TF1 lui a tout son temps pour traiter ladite demande. Vraiment, ce n'est pas là un commerce équitable...
    (5) J'avoue que je ne sais pas évaluer leur nombre, mais je pense que ce n'est pas plus d'une centaine... par mois !

    10/09/2009

    Ah ! Si j’étais Président de la République

    Qui n’a pas un jour entendu ou prononcé cette phrase ? Elle est habituellement suivie d’un « je ferais comme ci ... » ou bien « je ferais comme ça... », ou bien du plus subtil « je ne ferais pas ça comme ça... ». Depuis quelques jours je me pose aussi la question, mais pas en ces termes. Non je préfère m’interroger sur le thème « Ah ! Si j’étais Président de la République, quel type de président serais-je ? ». J’ai décliné ici quelques situations types.

    L’état de grâce
    Bien entendu si j’étais Président de la République(1) c’est que j’aurais été élu. Je bénéficierais donc de l’état de grâce. Outre la volupté d’en jouir les premiers jours, m’empresserais-je de passer un maximum de lois et décrets en un minimum de temps ? Je ne le pense pas. J’imagine plutôt que je mettrais en pratique l’idée phare, la mesure choc qui aura emporté l’adhésion des électeurs sur mon nom. Longuement expliquée durant la campagne, cette proposition serait non seulement utile au pays mais encore rapide à mettre en oeuvre et facile à évaluer.

    Les Symboles
    Il en faut. Le premier d’entre eux serait ma volonté de simplifier le protocole. Pas toujours facile j’imagine, mais enfin je m’y efforcerais. L’autre serait - enfin ! - la transparence la plus complète dans le train de vie de l’Etat en général et celui de l’Elysée en particulier. Parenthèse pour préciser qu’il y a sans doute des marges, et réduire de 25% le budget de l’Elysée me semble un objectif tenable, et ce sans porter atteinte ni à la fonction ni à la sécurité du premier personnage de l’Etat que je serais devenu. Enfin, un autre symbole fort serait sans doute ma première visite en "province", pour la ville où j’ai passé 17 ans de ma vie(2). 

    La Diplomatie
    Serais-je bon diplomate ? C’est vrai qu’il est difficile, "l’art de faire durer les carreaux fêlés" selon l’expression - savoureuse mais sans doute apocryphe - du Général de Gaulle. On me verrait vite à mon aise lors des sommets, après quelques atermoiements somme tout légitimes. Bien que n’étant pas orateur-né mes discours auraient tout de même une certaine portée, sans doute à cause de mon habitude de faire d’abord écrire le discours par un énarque(3) avant d’en réécrire un bon tiers avant de le prononcer...

    Les cérémonies officielles
    Service minimum ici. Pas de nouveautés et même une certaine régression puisque ne reprenant pas cette nouvelle habitude de faire des discours à ces occasions. Mais je tenterais bien de remplacer sur la forme l’interview télévisée du 14 Juillet. Je voudrais bien la transformer en une conférence de presse, histoire de permettre à un maximum de journalistes de m’interroger. 12 journalistes, deux questions pour chacun d’entre eux (mais sans droit de suite...) est une idée que je mettrais en pratique, au moins la première fois.

    Les inaugurations
    Ce ne sera pas non plus un des plus grands moments de mon quinquennat. Ce sera visible au Salon de l’Agriculture par exemple, où je pense consacrer bien moins de temps que certains, ne serait-ce qu’à cause de mon habitude de ne jamais goûter aux dégustations que l’on me proposerait(4).

    Les vacances
    Démagogie ? Pragmatisme ? Je laisserais volontiers les journalistes et les chroniqueurs en débattre puisque je ne ferais usage que des installations mises à ma disposition par l’Etat. Dit autrement, je serais souvent au Fort de Brégançon. Au programme détente, un peu de sport (très peu certes, mais sport quand même), beaucoup de repos, et baignades l’été. Par extension pas de prolongations des séjours officiels à l’étranger par des visites privées. Mes sorties culturelles seront incluses dans l’agenda officiel ou n’existeront pas.

    Les visiteurs de l’Elysée
    Ce serait là un trait original de mon quinquennat, ma lubie manie de recevoir intellectuels et scientifiques à tout bout de champ. Du coup ces derniers m’en voudraient moins d’avoir fusionné le ministère de la recherche dans celui de l’Education Nationale(5). Mes déjeuners et dîners prendraient vite l’allure de ces salons si chers au Siècle des Lumières. Est-ce que pour autant cela fera une "présidence éclairée" ? Aux électeurs d’en juger.

    Les sondages
    Balayés d’un revers de main en début de mandat, j’ai bien peur d’en tenir de plus en plus compte sous la pression de mes conseillers. Et ce d’autant plus que les prochaines élections seront proches...

    La vie privée
    Il y aurait peu à dire, car celle-ci serait sans doute sacrifiée sur l’autel de mon mandat. Ce sera là un sujet de livre pour journaliste enquêteur, pour après mon quinquennat(6).

    Le premier "couac" avec les français
    Il aura lieu lors de la mise en place d’une "grande réforme". Alors sera-ce à propos de l’hôpital, des retraites, de la sécurité sociale ou des impôts ? Le choix est vaste, hélas. J’exclu des soucis avec l’éducation nationale ou la justice, puisque les deux ministres respectifs auront été choisi en commun accord avec l’opposition.

    Le "buzz"
    J’ai horreur du mot, mais puisqu'il est à la mode, prenons-le. Il sera - hélas pour moi ! - à l’occasion d’un important sommet, et sera sans doute une bourde protocolaire filmée par le monde entier... Mais pour savoir laquelle, élisez-moi !




    (1) Bien que voulant rester à tout prix anonyme c’est ici un aveu implicite sur mon sexe...
    (2) Anonymat encore, je ne dirais rien de plus.
    (3) Hein, mais non je n’ai pas précisé qu’il devra savoir écrire !
    (4) N’y voyez pas là le fait que je me soucie de ma santé, mais plus prosaïquement le fait que j’ai horreur de ça.
    (5) Non, pas même un secrétariat d’Etat. Rien du tout !
    (6) Oui je me présenterais pour un second mandat, et non je ne pense pas être réélu.

    30/08/2009

    Football : Le tirage sans le sort

    Le tirage au sort cette semaine des groupes de la Ligue des Champions a permis de mettre au jour un point du règlement qui jusqu'à présent était resté dans l'ombre : Deux clubs français à forte audience ne doivent pas jouer le même soir. Il a donc fallu tricher avec le sort, et l'aider un peu afin que Marseille et Lyon ne jouent pas en même temps, quitte à réduire à néant les espoirs du club phocéen d'accéder aux 8ème de finales au sortir des matches de poules(1). 
    Aux articles que l'on peut lire ici ou , il faut ajouter que ce n'est que la suite d'un long processus, engagé lorsque la Coupe d'Europe des Clubs Champions a fait place à la Champion's League(c). Fini les matches à élimination, parfois directs. Terminé les déplacement périlleux aux îles Féroés ou en Bulgarie après un 0-0 surprise à domicile(2). Place aux poules, qui garantissent 5 matches télévisés et surtout réduisent la part de hasard quant aux clubs qualifiés. Le comble étant atteint lorsqu'on sait que de toute manière les éliminés seront reversés en coupe de l'UEFA. Ne nous y trompons pas, cette disposition n'est pas là pour aider les perdants, mais bel et bien pour soutenir les clubs "forts", qui ont ainsi une seconde chance de sauver leur saison. Bref cette année le tirage a bien eu lieu, mais sans le sort qui doit logiquement l'accompagner. La glorieuse incertitude n'existe plus, remplacée qu'elle est désormais par l'appât du gain télévisé(3).

    (1) Cette phrase pourrait laisser croire que je suis un supporter du club de Marseille. Je précise ici que non.
    (2) On me corrigera si nécessaire, mais je crois bien me rappeler qu'au départ les premiers tours étaient  joués sur un seul match. Sous la pression des "gros" on institua alors le concept de matches aller et retour.
    (3) Je veux bien vous le concéder, je regarde des matches de Champion's League à la télévision. Mais jamais les matches de poules ; et lors des matches à élimination seulement le "retour".

     
    Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
    high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu