Avertir le modérateur

17/03/2009

Retour de la France dans l'OTAN : la liberté de dire "oui"

Le vote de cet après-midi sur la réintégration de la France dans le commandement intégré militaire de l'OTAN ne servira à rien, pas même à avaliser le souhait de la représentation nationale, puisqu'en engageant sa responsabilité le gouvernement veut avant tout faire taire les critiques en provenance de son propre camp. Dit autrement, les députés de l'UMP et du Nouveau Centre n'ont que la liberté de dire "oui", là où chaque autre député peut faire son choix en toute conscience(1). Sans aller jusqu'à rappeler que parfois certains ont démissionné pour moins que cela, il faut tout de même remonter à loin pour voir un "49-3" appliqué dans son esprit d'origine(2). 
Mais je regrette encore plus que le débat n'ait pas vraiment lieu sur le fond. Ce sont les toutes dernières déclarations du président russe Poutine Medvedev qui me l'ont fait réaliser. Ce dernier annonce une politique de réarmement pour 2011, pour faire face à l'OTAN. Je me demande si ce n'était pas le but poursuivi, car à quoi sert l'OTAN sans un ennemi déclaré ? Ce ne sont tout de même pas les 40 000 talibans armés (tout au plus) qui peuvent à eux seuls justifier l'existence de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord ? Pour moi la réalité est que l'OTAN a avant tout besoin d'ennemis pour continuer de vivre.  

(1) Je suis fier d'être adhérent d'un parti politique qui dans sa charte éthique a inscrit à l'article 5 : "[pour les élus] la liberté de vote est la règle".
(2) Rappelons ici que l'intention du Constituant au moment de rédiger le "49-3" était bel et bien de forcer la main de la majorité à l'assemblée nationale. Ce n'est que plus tard que cet article a été utilisé contre l'opposition.

16/03/2009

Téléphonie mobile : la France en retard sur l'Ouganda !

Ce n'est pas sans surprise que j'ai lu dans un article de Jeune Afrique, qu'Orange allait devenir le cinquième opérateur téléphonique en Ouganda. N'oublions pas qu'en France - et pour près de 40 millions d'abonnés contre 13 millions en Ouganda - il n'y a que trois opérateurs de téléphonie mobile. Etrangement, la concurrence n'a pas l'air très libre en ce domaine, puisque d'une part les 3 opérateurs se sont entendus illégalement pour maintenir à un niveau anormalement élevé les prix, et que d'autre part le quatrième opérateur ne sera véritablement en mesure de vendre ses abonnements qu'en 2011 au mieux...
Espérons toutefois que la concurrence Ougandaise bénéfiera au consommateur, car actuellement le SMS coûte là-bas 3 fois plus cher qu'en France. Espérons aussi que le besoin soit réel, et que ce n'est pas là un moyen d'échanger l'implantation de grandes entreprises internationales contre une réduction de la dette.

14/03/2009

Terrorisme : le million, le million !

C'est fait. Il y a un million de terroristes dans le monde. Ce n'est pas moi qui le dit, mais un article du quotidien américain USA Today. La "watch list", autrement dit liste de surveillance a atteint ce chiffre. Cette liste a été mise en place par les Etats-Unis dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, et dont l'objet est de mettre en fiche tout individu suspect. Et comme le précise un encadré, les choses sont allées de mal en pis : En mai 2005, 288 000 personnes étaient dans ce fichier, 755 000 en mai 2007 et désormais un million. La hausse est de 32% depuis 2007, et ce en dépit du retrait de 33 000 noms pour cause de "doublon" ou autre information manifestement erronée ou dépassée. D'ailleurs cette histoire de "doublon" reste importante puisqu'on estime que seulement 400 000 noms réellement différents sont présents dans cette base de données. A l'inefficacité du moyen s'ajoute donc l'inefficacité de la gestion. Mais ce que je retiens de ceci est l'ignorance dans lequel nous sommes tous de savoir à partir de quels critères nous pourrions être dans cette liste.

28/02/2009

Qualifier la crise : L'hiver économique

Tous les éditorialiste, économistes, hommes politiques(1) ou autres personnalités ont cherché à qualifier la crise que nous traversons en ce moment. Les plus prudents ne disent rien d'autre et parlent tout simplement de "la crise", alors les plus vindicatifs ou les plus imaginatifs cherchent le meilleur qualificatif, l'expression qui sera retenue par le lecteur, l'auditeur, le téléspectateur ou l'électeur.
C'est ainsi que j'ai déjà eu l'occasion de lire, voir ou entendre des expressions comme "crise du siècle", "tsunami économique", "crise globale", ou hier encore "horreur économique". Mais à mes yeux aucune de ces expressions ne résume parfaitement ce qui se passe. "Crise du siècle" me semble présomptueux alors qu'il reste au siècle en question 90 ans. "Tsunami économique" est tout simplement stupide, car un raz-de-marée n'est rien d'autre qu'un événement - certes imprévisible - mais dont la puissance n'a d'égale que la très courte durée dans le temps. Non, mon analyse personnelle est que nous sommes entrés dans l'hiver économique. Cette période froide et glauque dont tout le monde attend la fin avec impatience, mais également avec la pleine conscience de sa propre impuissance à en accélérer la fin(2) et à finalement devoir la subir en dépit de tout. L'hiver économique s'impose à tous, aux plus riches comme aux plus pauvres, et sa présence se rappelle à nous chaque jour qui passe. Enfin l'hiver économique sera long et rigoureux, et ici les économistes sont bien moins lotis que les météorologistes qui eux peuvent compter avec un événement naturel (l'équinoxe) pour savoir quand l'hiver prendra fin. Rien de tel hélas ici, et comme toute anomalie climatique, l'hiver économique que nous traversons étonne par son ampleur, sa force, et sa vigueur. Tels des animaux devant un phénomène inhabituel nous devrons coûte que coûte survivre et évoluer, et comprendre que cela passe par un changement profond de notre habitat et de nos repères. Quant au printemps économique, sous-entendez la reprise, il finira bien par arriver. Mais quand ?

(1) ou femme politique
(2) Voyez les plans de relances successifs qui ne ralentissent pas la crise, au contraire.

27/02/2009

Entre les deux... peu de différence !

Sans vouloir jouer au critique d'art, cela fait longtemps que je voulais rapprocher pour les étudier les deux portraits que vous voyez ici : le premier un est celui - officiel - de notre actuel président de la République, l'autre un portrait de Louis-François Bertin exécuté en 1832 par Jean-Auguste Dominique Ingres.
President.jpgBertin.jpg
Et j'ai trouvé qu'il y avait entre le tableau et la photo bien plus de similitudes que de différences. Tout d'abord dans l'expression du visage, empreint de gravité, surtout dans le cas de Nicolas Sarkozy(1). On comprend déjà que les deux hommes ont bien conscience de leur importance et de leur position respective dans l'échelle sociale. L'éloignement par rapport au spectateur est également important, et souligne la déférence qu'il faut manifester aux deux hommes. Mais plus encore, je trouve une étonnante ressemblance dans leur posture respective, bien que l'un soit assis et l'autre debout. Les deux têtes fixent sans détour le spectateur ("voyez comme je suis puissant"), et les corps eux sont tournés de profil, dans la même direction de surcroît. Voilà pour ce que l'on peut voir. Mais il y a aussi ce que l'on ne peut pas voir. Pour moi il n'y a aucun doute, les modes de pensées de l'un et de l'autre ne sont pas si éloignés que cela si l'on fait abstraction de l'écart temporel qui sépare les deux hommes. Autrement dit, si Louis-François Bertin était de notre temps, il serait certainement un rouage essentiel de la "machine" Sarkozyste. De l'autre coté, notre actuel Président lui, aurait avec non moins de ferveur que monsieur Bertin les "trois glorieuses", et le régime de Louis-Philippe. Quand je vous dit qu'il y a entre ces deux portraits bien plus de ressemblances que de différences...

(1) Comparez en cela avec le portrait officiel de son prédécesseur.

11:55 Publié dans Actu | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sarkozy, ingres, bertin, portrait

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu