Avertir le modérateur

01/02/2009

L'idée pas drôle pour lutter contre le réchauffement climatique

Je ne suis pas – loin de là – le plus ardent défenseur du concept d'empreinte écologique. Mais vouloir tout ramener à cela donne à certains de drôles d'idées. Ainsi apprend t-on aujourd'hui dans un article publié par le Times, que Jonathon Porritt, à la tête de la Commission pour le Développement Durable en Grande-Bretagne, considère que le meilleur moyen de lutter contre le réchauffement climatique est de limiter la population mondiale, rien que cela. Pour reprendre ses termes, "avoir plus de deux enfants dans une famille, c'est inviter le Diable à sa table". Tout ça fait froid dans le dos, d'autant que le clou est vite enfoncé : "infléchir la courbe de la population au travers de la contraception et de l'avortement doit être au coeur des politiques pour combattre le réchauffement climatique"(1). Je suis très curieux de savoir ce que les concepteurs et les défenseurs de l'empreinte écologique pensent de cette "théorie"... Les positions radicales et extrémistes prospèrent sur tout, y compris sur des idées qui au départ sont généreuses(2).

(1) "(...) curbing population growth through contraception and abortion must be at the heart of policies to fight global warming.".
(2) Lutter contre la pollution de notre planète est un concept auquel j'adhère sans réserves. Ma contradiction porte sur la question : "Les émissions de CO2 générées par l'Homme sont-elles la cause du réchauffement planétaire ?", question à laquelle je suis tenté de répondre "Non".

20/01/2009

My (very short) open letter to Barack Obama

Mr President,

I'm just one among millions of other people full of hope on that day. I know you have so much to do, and so little time in fact.
But if I'm happy you have been elected as the 44th President of the United States of America, it's just for one little thing : As a foreigner, I'll be now able to understand almost all the words from the President speeches. This was impossible before. The way you're talking and your accent are just "great" for me. Now to be more serious one second, I just do hope you'll be able to do all you want to do. For your country and for abroad.
I don't believe in God, but in case I'm wrong you deserve to be blessed by Him.

AlterEgo

18/01/2009

Evaluation des élèves de CM2 : critique de la critique

La toute prochaine évaluation des élèves de CM2 soulève déjà la polémique. Nombre d'enseignants y voient une double attaque : la première contre les élèves eux-mêmes par un examen trop difficile qui générera des notes faibles, y compris de la part des meilleurs élèves. La seconde contre les enseignants, qui seront dès lors accusés de mal transmettre leur savoir aux élèves. Chacun peut d'ailleurs se faire une opinion sur les épreuves puisqu'elles sont déjà disponibles sur Internet. Mais pour avoir consulté attentivement cette (longue) page, je me dois de critiquer la critique, bien que je ne sois ni enseignant, ni même parent d'élève. La première épreuve consiste en une analyse d'un texte d'Ernest Hemingway. Mais sans doute emballés par l'envie de critiquer l'épreuve, les auteurs de la page web en viennent à critiquer l'oeuvre en soi...
Autre exemple, la (fameuse) dictée. Ici la critique porte bien sur le fond, puisqu'on nous indique deux dictées "de correction" pour démontrer l'incohérence du système de notation. Désolé de contredire à la fois les enseignants et le système scolaire, mais on n'arrivera pas à me faire sortir de la tête qu'une dictée porte sur l'orthographe de tous les mots qui la compose. Chicaner sur les mots qui "comptent" et ceux qui ne comptent pas, ce n'est rien d'autre qu'organiser le nivellement par le bas.
Vous l'aurez compris dans cette affaire je défend un seul principe, celle de la qualité de l'enseignement dispensé à l'élève. Je suis partisan de la diffusion d'un savoir "encyclopédique". J'ai déjà eu l'occasion de l'écrire ici, vouloir la réussite d'un maximum d'élèves à l'école devrait être un objectif autour duquel un large consensus devrait apparaître. Je regrette beaucoup que ce ne soit pas le cas.

13/01/2009

Et l'opposition devint SD : Sans Droits

La qualité d'une démocratie se mesure à l'aune des droits de l'opposition au pouvoir : droit de se réunir, de détenir des organes de presse, droit parlementaire. Dans ce dernier cas, le projet de loi organique qui sera soumis à partir de cet après-midi à l'Assemblée Nationale peut effectivement être considéré comme un recul de la démocratie en France. C'est grave. L'habillage de la loi et les arguments du Président de l'Assemblée Nationale n'y peuvent rien, le but est bel et bien de museler l'opposition parlementaire(1). Vision à courte vue si l'on songe que le but de toute opposition est de devenir majoritaire, et que le destin de toute majorité est de basculer un jour dans l'opposition (voyez la récente histoire de France, période 1981 - 2007).
Cette loi n'en est pas moins dangereuse, car elle concentrera encore plus de pouvoirs entre les mains de la majorité présidentielle. Comme pour la loi sur l'audiovisuel public, il n'y a aucun risque de voir les gens dans la rue : encore une fois ce n'est ni la sécurité sociale, ni l'éducation de nos enfants qui est en jeu. Qui en effet manifesterait publiquement pour défendre le droit d'amender une loi ? A part les députés de l'opposition et leur assistant(e)s parlementaires, pas grand monde (on pourra au moins les compter de manière précise ceci dit...).
Hélas le but de la Loi c'est bel et bien d'être voté au bout du compte, et celle-là le sera. Je chevauche mon nouveau cheval de bataille et j'ajoute à ma liste que l'on revienne sur ce droit au plus vite, une fois l'alternance revenue. Après tout ce que l'Assemblée Nationale a défait, une autre Assemblée Nationale peut tout à fait le reconstruire.

(1) Lors de la campagne présidentielle de 2007, j'avais sur un forum réclamé que l'opposition parlementaire puisse disposer de 8 questions sur 12 lors des questions au gouvernement. Bernard Accoyer annonce comme une compensation avancée la parité entre majorité et opposition en ce domaine...

12/01/2009

Présidentielles 2012, premières questions

2012 sera année Olympique,  elle sera aussi année d'une nouvelle élection présidentielle. Plaçons-nous un instant dans l'éventualité où le futur président(1) ne soit pas issu de l'UMP(2) : En profitera t-il pour réduire son salaire de 179% au motif que la hausse que Nicolas Sarkozy s'est alloué était indécente ? Pas si sûr... En profitera t-il pour donner des droits nouveaux au Parlement en général et à l'opposition parlementaire en particulier ? Pas si sûr... Reviendra t-il sur la possibilité de partir à la retraite à 70 ans ? Pas si sûr... Reviendra t-il sur la nomination par l'Elysée du Président de France Télévisions ? Pas si sûr ...
Ces quelques exemples (vous en trouverez facilement d'autres) me viennent immédiatement à l'esprit dès que je pense à la prochaine élection présidentielle(3). Mon avis est que le "sale boulot" a été fait en quelque sorte, et je pense que le futur locataire de l'Elysée saura fort bien s'ajuster de ce qu'il trouvera. Pour ma part je compte fermement soulever ces questions le moment venu et espère qu'il y aura là un vrai débat entre les candidats.


(1) Le texte serait trop alourdi si je devais préciser à chaque fois "il" ou "elle", mais sachez qu'à chaque fois que j'ai écrit "il", j'ai pensé "il" ou "elle".
(2) Je suis désolé  mais je n'arrive pas à imaginer un président UMP qui ferait ce que je souhaite dans ce texte...
(3) Certaines mesures seront plus difficiles à défaires que d'autres. Mais celle liée au salaire du Président de la République est un excellent indicateur. Nous verrons bien si elle sera d'une manière ou d'une autre remise en cause.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu