Avertir le modérateur

12/01/2009

Présidentielles 2012, premières questions

2012 sera année Olympique,  elle sera aussi année d'une nouvelle élection présidentielle. Plaçons-nous un instant dans l'éventualité où le futur président(1) ne soit pas issu de l'UMP(2) : En profitera t-il pour réduire son salaire de 179% au motif que la hausse que Nicolas Sarkozy s'est alloué était indécente ? Pas si sûr... En profitera t-il pour donner des droits nouveaux au Parlement en général et à l'opposition parlementaire en particulier ? Pas si sûr... Reviendra t-il sur la possibilité de partir à la retraite à 70 ans ? Pas si sûr... Reviendra t-il sur la nomination par l'Elysée du Président de France Télévisions ? Pas si sûr ...
Ces quelques exemples (vous en trouverez facilement d'autres) me viennent immédiatement à l'esprit dès que je pense à la prochaine élection présidentielle(3). Mon avis est que le "sale boulot" a été fait en quelque sorte, et je pense que le futur locataire de l'Elysée saura fort bien s'ajuster de ce qu'il trouvera. Pour ma part je compte fermement soulever ces questions le moment venu et espère qu'il y aura là un vrai débat entre les candidats.


(1) Le texte serait trop alourdi si je devais préciser à chaque fois "il" ou "elle", mais sachez qu'à chaque fois que j'ai écrit "il", j'ai pensé "il" ou "elle".
(2) Je suis désolé  mais je n'arrive pas à imaginer un président UMP qui ferait ce que je souhaite dans ce texte...
(3) Certaines mesures seront plus difficiles à défaires que d'autres. Mais celle liée au salaire du Président de la République est un excellent indicateur. Nous verrons bien si elle sera d'une manière ou d'une autre remise en cause.

05/01/2009

Internet : La censure au secours de la démocratie ?

L'Australie, qui a pourtant bien les pieds sur Terre en dépit de sa position sur le globe, serait-elle tombée sur la tête ? Car il est question dans ce pays de filtrer Internet, rien que cela. On le sait, certains pays le font déjà, dont la Chine et la Corée du Nord, et parfois avec la complaisance pour ne pas dire la complicité de grandes sociétés (Google, Microsoft). Mais on sait également à quoi s'en tenir dans ces pays à propos de la liberté d'expression, de la liberté de la presse ou bien encore de la libre pensée politique...
Pour en revenir à l'Australie donc, il est fortement question de filtrer Internet au travers d'une base de données qui serait scrutée à chaque demande d'accès à un site web. Si le site que vous souhaitez voir n'est pas dans la liste, c'est bon vous pourrez le consulter. Mais s'il est "black-listé", alors vous ne pourrez pas. L'argument lié à la mise en place de ce dispositif est aussi imparable qu'incontestable : Il faut défendre la protection de l'enfance et lutter contre la pornographie, la cyber-criminalité, le terrorisme...
Derrière cela se cache quelque chose de bien pire : le contrôle d'Internet. Jusqu'à présent Internet est (était?) "libre" : en France et dans la plupart des pays du Monde, l'accès aux sites n'est soumis à aucun filtre. C'est la loi et elle seule qui peut déterminer si un site doit être fermé ou pas, et parfois pour des raisons moins grandioses. Pour ajouter à l'excellent texte que j'ai trouvé ici, je rappelle au lecteur qu'en France la loi initiale créant le fichage ADN des individus était réservé aux seuls délinquants sexuels multi-récidivistes. Cela a bien changé depuis (et très vite !), puisque ces derniers temps un jeune homme a du aller devant les juges pour faire admettre qu'on ne pouvait pas lui prélever son ADN au seul motif qu'il était voisin. Il a eu gain de cause, mais s'il n'avait pas lutté juridiquement son ADN serait dans le fichier (en tant que ... voisin je le rappelle). Un ballon d'essai concernant le filtrage d'Internet en France a été lancé – avec discrétion peut-être – mais il faut bien commencer un jour à sonder les foules et l'opinion...
La Liberté est un bien précieux qu'il faut cultiver en dépit de ses mauvaises graines. Notre monde n'est pas parfait et Internet ne le sera pas plus, même filtré. La lutte contre ces fléaux que sont la pédo-pornographie, la drogue ou le terrorisme passe par la loi(1) et l'éducation des masses, pas par une base de données des sites internet à ne pas visiter.

(1) Je sais qu'il y a des pervers partout, et peut-être s'en trouvera t-il un pour me dire que ce sera la Loi qui instituera la création d'une base de données filtrant les sites internet interdits...

04/01/2009

Parlons foot

L'exploit du club de Schirrhein face à Clermont-Ferrand en 32èmes de finale de la Coupe de France de football nous rappelle que le sport – pour être pourvoyeur d'émotion - doit obéir à la règle de la glorieuse incertitude. Profitez-en ! ai-je envie d'ajouter (je m'adresse là aux vrais fans de football) car ces moments seront de plus en plus rares, et condamnés à disparaître à terme. Voyez les différentes Coupes d'Europe, qui ont été savamment bâties pour éviter toute ineptie de ce genre. Qu'il est loin le temps ou un club à forte notoriété comme Liverpool ou Chelsea pouvait risquer une élimination précoce à cause d'un match piège aux îles Féroé ou en Bulgarie... Le "business" et la télévision sont passés par là : le système de poule garanti 5 matchs à chaque club, et si jamais vous êtes éliminés vous avez droit à une seconde chance puisqu'on vous reverse en coupe de l'UEFA (elle aussi organisée en poules avant les matchs à élimination directe). Et puis on reste ainsi entre "grands", sans mélanger les torchons et les serviettes... Le système est si perverti que même une saison de championnat en demi-teinte permet de sauver les meubles : Autrefois seuls les premiers de chaque championnat disputaient la la bien-nommée Coupe d'Europe des Clubs Champions (C1 pour les connaisseurs et les anciens !). Désormais en Champion's League(c) il y a des "poules préliminaires", dont l'objectif à peine dissimulé est de donner une seconde chance au "gros club" qui n'aurait pas réussi à se qualifier directement via son championnat.
Le revers de la médaille est que l'émotion liée à l'issue du résultat - le suspens - a disparu. Il faut désormais attendre les matchs "à élimination" pour espérer voir un réel combat entre les deux équipes sur le terrain. Quant à la possibilité de voir au niveau européen un "petit" battre un "gros", elle appartient hélas au passé.

02/01/2009

Incendies de voitures, que faire ?

Aussi sûrement que Noël tombe un 25 décembre, les incendies de voitures de la nuit de la Saint Sylvestre sont une "tradition" dont nous nous passerions bien. Dès lors quoi de plus normal que de vouloir éradiquer ce phénomène. Comme pour tout délit, cela passe par deux aspects : la prévention et la répression. Commençons par la répression, puisqu'une idée serait de ne plus donner le permis au contrevenant. Qu'on prenne le problème par n'importe quel bout, on arrive à la même conclusion : s'il y a acte délictueux, il faut en regard une condamnation. Les chiffres de cette nouvelle année montrent que sur plus de 1100 voitures incendiées il a été procédé à environ 300 interpellations. Sans prédire les suites judiciaires qui seront données, je ne compte sur pas plus d'une cinquantaine de condamnations en bout de course. Autant dire que le premier fléau reste l'impunité, et ce n'est pas militer pour un état policier que de vouloir que de tels actes ne restent pas impunis. L'interdiction du passage du permis de conduire se comprend là comme une nouvelle arme répressive, au même titre que l'emprisonnement ou l'amende.
Le volet prévention est lui plus complexe à appréhender, en dépit ce qu'on pourrait croire. Car enfin je m'interroge sur le niveau de préméditation de ces incendies. S'agit-il de la conséquence du cocktail alcool plus drogue plus effet de groupe ou bien sommes nous là dans un acte préparé et réfléchi en toute conscience ? N'étant pas sociologue (et n'en connaissant pas non plus), je reste sans réponses face à cette question. Ma conclusion est que répression et prévention doivent être associés, et qu'ici comme ailleurs l'un ne va pas sans l'autre. Dans ce cas précis je propose qu'un authentique droit à l'oubli soit institué dès que le jeune a terminé sa période probatoire après le permis de conduire obtenu.

31/12/2008

2008, annus crisis

L'année 2008 aura été sans conteste l'année de la crise. Le système financier dans lequel nous vivions jusqu'alors est vicié. S'il faut – très vite – trouver de nouvelles règles et instituer un "nouvel ordre moral" dans la haute finance, il faut également savoir faire son auto-critique. Et là c'est à peine plus facile. Quelle agence de notation osera avouer avoir attribué des notes "bidons" pour simplement doper le marché ? Quel expert fera son "coming out", avouant publiquement avoir prédit en Juillet 2008 un baril de pétrole à 200 dollars pour Décembre ?
Je ne peux que bondir de ma chaise lorsque je vois dans Capital de décembre que "l'éclatement de la bulle des subprimes, ces crédits immobiliers américains exceptionnellement dangereux, a plombé la sphère financière puis l'économie réelle". Que ne l'eussiez vous dit avant, cela nous aurait évité bien des déboires. Moralité, quand on veut tuer son chien on dit qu'il a la rage. Ces crédits étaient pourtant de bons placements il n'y a pas si longtemps, n'est-ce pas messieurs les experts financiers ? Alors que c'est-il passé ? Ma sentence est sans appel : cessez de prédire, faites votre mea culpa, faites également acte de contrition et dépêchez-vous de mettre en place des règles de bonne et saine gestion des finances. Après tout c'est bien pour cela que vous êtes payés non ?

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu