Avertir le modérateur

21/03/2008

France 3, le reportage de trop

France 3 dans son "19/20" vient de présenter un reportage sur la pièce de théatre "Ile flottante". Le cuisinier qui se prête à cette expérience théatro-culinaire n'est autre qu'Alain Passard, chef triplement étoilé au Michelin. Et accesssoirement compagnon dans la vie d'Audrey Pulvar, présentatrice du journal de France 3 en semaine. Ces reportages de complaisance ne sont vraiment pas à l'honneur de France 3. Ce n'est pas la peine de se dire "chaîne du service public" si c'est pour faire comme dans le privé...
Ce devrait pourtant être une ligne de conduite intangible : Aucune allusion, même légère, qui puisse donner l'occasion à des gens comme moi d'écrire des billets tels que celui que vous lisez.

20:40 Publié dans Actu | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Actu, télévision, France 3

20/03/2008

L'autre remaniement, celui des mots

Si les médias ont bien parlé du remaniement ministériel de cette semaine, tous ont oublié de signaler que cela a été aussi l'occasion de changer certains intitulés. A celles et ceux qui pensent que ce n'est pas important, il suffira de rappeler la polémique née autour de "l'identité nationale". Apprenez donc que Brice Hortefeux ne fera plus de "co-développement" mais du "développement solidaire", ce qui vous en conviendrez change du tout au tout. Roselyne Bachelot-Narquin sera au chevet de la vie associative qu'elle confiera dans les faits à son secrétaire d'état, Bernard Laporte. Cela changera t-il la vie associative pour autant, rien n'est moins sûr...
Christine Lagarde, elle, n'aura plus les finances à sa charge - elles disparaissent du paysage sémantique - mais reçoit l'industrie (et ses fédérations...) à la place.
Sinon le plus à plaindre est sans conteste Hervé Novelli, qui va pouvoir demander une rallonge budgétaire pour ses cartes de visite. En effet, si jusqu'à présent il pouvait se contenter du petit modèle avec son "Secrétaire d'Etat chargé des Entreprises et du Commerce Extérieur", ce ne sera plus possible maintenant qu'il est "Secrétaire d'Etat chargé du Commerce, de l'Artisanat, des Petites et Moyennes Entreprises, du Tourisme et des Services".
Enfin, nous sommes sans doute le seul pays au monde à avoir à la fois un ministère qui s'occupe du travail (Xavier Bertrand), et un autre qui s'occupe de l'emploi (Christine Lagarde). Si seulement cela pouvait contribuer à faire baisser pour de bon le chômage...

18/03/2008

Quel été cet été ?

Météo France va bientôt donner sa prévision saisonnière pour l'été 2008 en France métropolitaine. C'est l'occasion pour moi de revenir sur ce qui s'est passé l'an dernier. Au printemps 2007 donc, Météo France annonçait qu'aucun scénario spécifique n'était à privilégier. Autrement dit, les informations recueillies à partir des 5 modèles utilisés ne permettaient pas de dégager une tendance plus qu'une autre. Vous vous souvenez pourtant à quel point l'été fut remarquable dans sa médiocrité : records de froid et de pluviométrie un peu partout, ensoleillement en berne. C'est ce décalage entre la prévision et la réalité qui me fait contester le principe et la méthode utilisée par Météo France. En effet, le but avoué est moins de faire une prédiction du temps attendu, que de chercher à identifier toute anomalie climatique possible pour la période étudiée. C'est pour cela qu'il y a plusieurs modèles, afin de pouvoir utiliser un maximum de paramètres, de comparer les résultats, et d'en déduire le cas échéant une tendance. Annoncer un été globalement chaud et sec ne rime à rien. Prévenir qu'il y aura des pics de canicule ou de fortes pluies est déjà plus utile ou plus hasardeux, au choix.
Mais les modèles ont été dans l'incapacité de prévoir l'été pourri de 2007. Pour ironiser, je suggère cette année de tirer au sort l'un des trois papiers suivants : "été normal" , "été plus chaud que la normale", "été plus froid que la normale", et annoncer le résultat comme s'il était le fruit d'un travail sérieux. Qui verrait la différence d'avec de "vraies" prédictions ?


Qu'est-ce que la prévision saisonnière ? (extrait du site internet de Météo France)

La prévision saisonnière n'a rien à voir avec la prévision classique : il est scientifiquement impossible de prévoir le détail des situations météorologiques plus de 10 jours à l'avance. Ce sont les conditions moyennes (température et précipitations) sur les 3 mois à venir, à l'échelle d'une région comme l'Europe de l'Ouest, que la prévision saisonnière vise. On cherche par exemple à déterminer si l'hiver prochain sera probablement plus chaud ou plus froid, plus sec ou plus humide que les normales saisonnières. Pour la température moyenne comme pour les précipitations, la prévision exprime le choix du scénario le plus probable (privilégié) parmi trois scénarios prédéfinis: proche, en dessous ou au-dessus des normales saisonnières. La fiabilité de ces prévisions est bien meilleure outre-mer qu'en métropole, où elle est modeste, en particulier pour les précipitations.

Complément (31 mai 2008)

Météo France a délivré ses prévisions pour cet été. Je vous les livre ici : "En Métropole, la majorité des modèles s’accorde pour prévoir des températures moyennes plus chaudes que les normales saisonnières. Toutefois, en l’absence de signaux significatifs au niveau de la température de la mer, la prévisibilité est réduite. Aucun scénario n’est privilégié pour les précipitations." A suivre, donc !

17:49 Publié dans Actu | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actu, météo, prévisions

17/03/2008

Deux remarques sur le prix du pétrole, que vous ne lirez pas ailleurs

Il n'aura échappé à personne que le prix du baril de pétrole a augmenté ces derniers temps. Au lieu de m'en émouvoir et de me demander jusqu'où ira la hausse, je trouve plus original de pointer deux choses, et d'abord la référence utilisée par les médias. Je me souviens très bien que dans les années 1980 et 1990 - pourtant pas si lointaines - on ne jurait que par le Brent de la Mer du Nord, coté à Londres. Par je ne sais quel mystère, le prix qui fait désormais autorité est celui du brut léger, coté à New York. Il serait intéressant de chercher à savoir depuis quand l'un a supplanté l'autre, et de comprendre pourquoi ce changement de "baril étalon" a eu lieu.
Deuxième remarque, sur le prix en soi et ses explications. Qui se souvient de ce qu'on racontait à propos du prix du baril (de New York !) il y a un an ? Moi, figurez-vous. Il se trouve que j'ai conservé le texte d'une dépêche de l'agence Reuters de Janvier 2007, qui explique que si le prix du baril est tombé à 53$ (!), c'est à cause du réchauffement climatique (l'hiver 2006-2007 a été très doux partout en Europe), et qu'il faut s'attendre dans les prochaines semaines à de nouvelles baisses. Je n'invente rien ! Les plus sceptiques ou les abonnés de Reuters pourront retrouver la dépêche, et verront que je ne raconte pas de bêtises. Je n'en dirait pas autant des "experts" qui avaient autorité pour parler du pétrole, de son prix, et de son évolution dans le temps...

17:10 Publié dans Actu | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : Actu, pétrole, baril, prix

15/03/2008

Analyse critique du JT du 15 mars 2008 à 13h00, présenté par Claire Chazal

On a pu me reprocher d'avoir un blog trop marqué "anti-Claire Chazal", à cause de mes critiques de ses journaux télévisés. Je tiens à redire que je n'ai rien de personnel contre la personne. Je montre à chacun de mes billets les erreurs, les fautes professionnelles qui en d'autres lieux coûterait – sinon un licenciement – du moins un remplacement par quelqu'un de plus compétent. Prenons le journal télévisé de ce jour, que je ne voulais pas au départ analyser. Mais lors de l'annonce des titres, je n'ai pas pu m'empêcher de bondir, en voyant notre journaliste confondre les personnes sans-abris et celles menacées d'expulsion suite à la fin de la trève hivernale des expulsions locatives. Cela donne une perle très savoureuse, jugez plutôt : "Et puis une manifestation de soutien aux sans-abris à la veille de la fin de la trève hivernale des expulsions locatives".
Les autres sujets sont lancés sans erreur notable, puis arrive celui de la fin de la trève, où l'on retrouve la même erreur, en encore plus gros oserais-je dire : "On attend aussi diverses manifestations cet après-midi pour soutenir les sans-logis à la veille de la fin de la trève hivernale. Les expulsions pour loyers impayés pourront en effet reprendre Lundi. En principe vous le savez les sans-abris peuvent être protégés par la loi sur le droit au logement opposable."
Vous pouvez relire ou écouter, on manifeste à Paris pour que des sans-logis ne soient pas expulsés... C'est tout de même incroyable d'en arriver à parler comme cela pendant le journal télévisé sans se reprendre, sans même à l'image réaliser l'incohérence de ce qui est dit. Le pompon est décroché lorsque se voulant didactique, la journaliste de TF1 nous apprend que les sans-logis – toujours eux – sont protégés par la Loi. Fausse information hélas, car la loi en question ne protège pas du tout de l'expulsion, n'en déplaise à Claire Chazal...

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu