Avertir le modérateur

28/12/2007

Tarifs du gaz : comment transformer une hausse en baisse

Le tour de passe-passe a beau être connu depuis des lustres, il marche toujours. L'histoire de la hausse prochaine des tarifs de Gaz de France n'échappe pas à cette règle. D'abord GDF réclame une hausse à peine croyable, de 6% ("[il a d'abord demandé] des choses par-dessus les maisons !", in Molière - Les fourberies de Scapin acte II scène 5). Ensuite le gouvernement prend acte de la demande, tout en laissant entendre qu'il est hors de question d'accepter cela.
Enfin l'acte final : après négociations (sic), les tarifs augmenteront de 4% à compter du 1er Janvier 2008. Et tout le monde de se réjouir de ce que "la hausse a été plus faible que prévue". C'est qu'en ces temps pré-électoraux, il faut faire attention aux signaux envoyés aux électeurs. Mais hélas pour nous, l'économie a ses raisons que la raison ignore. Je ne sais pas quel crédit faut-il accorder à la thèse consistant à dire que le gouvernement "habille la mariée" en vue du rapprochement avec Suez, mais ce qui est certain, c'est que beaucoup vont se sentir soulagés de voir que la hausse n'est que de 4%. Ce que je retiens moi de cet épisode, est que l'histoire ne pouvait pas s'écrire autrement. Imaginez un peu la scène suivante : Mr GDF "je veux 4%" et Mme la ministre de l'économie, des finances et de l'industrie de répondre aussitôt "D'accord. Topez là". Tout le monde aurait trouvé la hausse excessive. Mais là, après avoir distillé dans l'opinion l'idée de vivre avec une hausse de 6 points, ces 4% résonnent comme une baisse. Je reste poli, j'ai mis deux "s".

16:45 Publié dans Actu | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Actun, gaz, tarifs

27/12/2007

Regarder le journal télévisé : un acte compliqué

Il est toujours difficile de regarder d'un oeil critique les journaux télévisés. La multiplication et la courte durée des sujets n'offre aucun moment pour la réflexion. L'image a force de vérité ("c'est vrai parce que je l'ai vu à la télé"), et le journaliste confirme l'image plus qu'il ne la commente. Le sceptique que je suis est alors constament pris au piège du délit d'opinion contraire. Sans compter avec la difficulté qu'il y a à mener la moindre contre-enquête lorsque ce qui est dit est contestable. Je vais illustrer cela d'un exemple récent. Vous avez peut-être vu pendant le 19/20 de France 3 en décembre 2007, un reportage sur une centrale nucléaire en Lithuanie. Le reportage consistait à nous expliquer que l'argent pour sécuriser la centrale - située désormais dans l'espace Européen - manquait. Mais lorsque Patrick Hester - pour ne pas le nommer - montre un cadran et explique "9 Rontgen, pas de quoi fouetter un chat" je n'ai pas pu m'empêcher de bondir de mon canapé. Je n'ai jamais appris, ou lu quelque part, que le Rontgen était une unité de mesure de la radioactivité. Le Rem, le Sievert, le Becquerel, oui. Le Rontgen, non. J'ai par ailleurs le souvenir de ma visite à la centrale de Paluel, et j'ai pu y voir un cadran du même genre que celui montré dans le reportage. Mais ce cadran indiquait plus simplement le nombre de Mégawatts produit par les différentes "tranches". Une "tranche" à Paluel, c'est 1330 MW. Le chiffre dans le reportage était "9.3" puis très vite "9.2". De là à en déduire que le cadran était gradué en centaines de Mégawatts et non en Rontgen, c'est un pas que j'ai franchi. Qui du journaliste spécialiste des questions scientifiques ou de moi a raison ? J'ai la faiblesse de croire que c'est moi.
Tout ceci ne serait pas bien grave si je n'y voyais le symbole d'un objectif non avoué : faire peur au télespectateur pour mieux le capter. Le plan sur le cadran n'avait d'autre fonction que de montrer une radioactivité supposée "normale et maîtrisée". Le commentaire "pas de quoi fouetter un chat" laissant clairement entendre qu'en d'autres lieux une telle valeur ne serait pas tolérée, et qu'elle est même probablement déjà dangereuse pour la santé...
Le reste du reportage était à charge contre la sécurité de la centrale. Les personnels interrogés ont eu beau clamer que "tout va bien", la voix off balayait d'un revers lapidaire ces affirmations : Comment voulez-vous qu'une centrale de type "Tchernobyl" soit sûre ? Voilà le message qui a été passé aux télespectateurs. Et comment voulez-vous ne pas être d'accord ?

22:50 Publié dans Actu | Lien permanent | Commentaires (0)

25/12/2007

Premier contact


La Blogosphère ne m'a pas attendu. Mais si c'était moi qui avait attendu qu'un tel outil m'aide à m'exprimer sur le Web ? En 1996 déjà, j'avais fait mes premières armes avec un éditeur HTML et des articles datés que j'alimentais.. Je ne vais pas aller jusqu'à m'auto-proclamer premier blogueur du Web, mais à la réflexion il y avait de ça dans l'air. Bref, je suis un "papy" du Web.
Mais revenons plutôt à nos moutons : Le propos de ce blog est de parler de l'actualité, essentiellement politique et médiatique. Pour annoncer la couleur, la mienne est Orange, celle du MoDem. Il est impossible d'être objectif dès lors que l'on parle politique, donc autant annoncer la couleur justement. Mais je ne ferais ici aucun prosélytisme : pas de bannière, pas de lien vers mon mouvement. Pas de faux semblant non plus.
Coté médias, je suis un fan de feu l'émission de France 5 "Arrêts sur Images". On pourrait déjà en déduire que je suis un "anti-TF1", ce qui est vrai pour l'essentiel. Je pense que j'aurais vite l'occasion de revenir sur ce que dit ou ne dit pas cette chaîne.
Sachez aussi que j'ai un coté sceptique et avocat du diable que j'adore travailler et pousser jusque dans ses derniers retranchements. Mais sans acharnement thérapeutique pour autant, car je sais m'arrêter et reconnaîre publiquement mes erreurs de jugement lorsque j'en fait.
Outre l'actualité que je commenterai (ou pas !) je compte alimenter deux rubriques : la rubrique "pour / contre", et la rubrique "J'y crois / Je n'y crois pas". Pour donner le ton, je suis "pour" le nucléaire - je détaillerai tout ce que je met derrière ce "pour" plus tard. Et je ne crois pas aux conséquences néfastes sur la santé des antennes-relais des téléphones portables. Plus généralement, je suis farouchement opposé non pas au principe de précaution, mais à son abus. Je renvoie ceux que ça intéresse au rapport de Philippe Kourilsky.
Un dernier mot sur mon pseudonyme "Alter Ego" : C'est tout simplement l'autre moi-même. Vous ne saurez rien de plus pour le moment.

12:30 Publié dans Actu | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actu, blog, alterego

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu