Avertir le modérateur

01/03/2010

Deux choses à changer pour les prochains J.O.

Bon je vous concède volontiers que ce n'est pas le plus urgent à faire, mais je veux livrer ici ce que je voudrais voir changer lors des prochains Jeux Olympiques. Tout d'abord le protocole de remise des médailles, qu'il faudrait remettre à l'endroit. En effet pourquoi annoncer le troisième avant le premier ? Pour garder le meilleur pour la fin ? Pour ma part je préfère dire qu'à tout seigneur tout honneur ! Sans compter qu'avec le protocole actuel le premier passe moins de temps sur le podium que le troisième, et qu'en conséquence il savoure moins longtemps sa joie d'avoir gagné...
Ce que je voudrais également voir changer concerne la médaille en elle-même. Les organisateurs économiseraient en budget en faisant des médailles rondes, classiques et sans fioritures. Celles de Vancouver avaient un coté tordu design(1) qui à n'en a pas douter a coûté un supplément dont on aurait pu aisément se passer. Le poids d'or, d'argent ou de bronze de la médaille devrait suffire ici, d'autant que çela fait bien longtemps que cette pièce de métal est devenue un simple symbole de la victoire, et non le prix même de cette victoire. Rendez-vous est donc pris à Londres pour voir si mes suggestions seront suivies d'effet.

(1) Les spécialistes retrouveront sans peine pour quels Jeux Olympiques les trois premiers recevaient une médaille percée d'un trou au milieu...

15/07/2008

Craintes Olympiques

Je vous livre ici mes deux craintes à propos des prochains Jeux Oympique à Pékin. Sur un plan national et sportif, une bérézina coté médailles. Pour moi tous les clignotants sont au rouge chez nos sportifs français : retard de préparation, manque de résultats probants, manque de motivation. Même nos nageurs et nos nageuses montrent en sous-main des signes inquiétants de fatigue avant l'heure. Bref, je pronostique la plus faible moisson de médailles françaises depuis bien longtemps, toutes disciplines confondues.
Sur un plan plus général, mon autre crainte est de voir publié un communiqué à la fin des jeux, annonçant qu'aucun athlète n'a été contrôlé positif durant les épreuves. Ce n'est hélas pas faire injure aux sportifs - chinois en particulier - que de rappeler que par le passé, un certain nombre d'athlètes ont été convaincus de dopage, et bien d'autres suspectés d'avoir eu recours au dopage. Pour ma part je scruterai avec attention non seulement les performances des athlètes chinois, mais également leur passé et leur avenir sportif...

06/05/2008

CIO : Comment ne pas parler du dopage

Dans un mot déposé ici-même, j'évoquais quelques moyens que le CIO pourrait mettre en oeuvre pour lutter contre le dopage : exclusion de J.O. pour tout athlète convaincu de dopage, et absence de cérémonie de remise de médailles.
Or il se trouve que le CIO organise son 1er Congrès Olympique Virtuel. Comme indiqué sur le site internet "Les nouvelles technologies permettent au plus grand nombre de faire circuler leurs idées plus librement et plus facilement. Ceci est la vocation du Congrès olympique virtuel, (...)"
Formidable idée, d'autant plus que "Le public est également invité à contribuer au Congrès olympique virtuel jusqu’au 31 décembre 2008." Je vais donc pouvoir avancer mes idées sur le sujet puisque "Chaque internaute peut soumettre deux contributions (...)"
Bon, ça c'est pour attirer le chaland. Voyons les petites lignes du contrat maintenant, puisque "avant de rédiger votre contribution, nous vous recommandons de lire attentivement le Règlement du Congrès, [et] l’Appel à contribution".
J'ouvre l'appel à contribution, pour rechercher dans quelle catégorie je vais pouvoir "soumissionner". Je vois "thème 1 : Les athlètes" et "1.2 Protection de la santé lors de l'entraînement et en compétition". Le détail présente le "contexte dans lequel s'inscrit le sous-thème", et les "axes de réflexion". Inutile de préciser que toute contribution qui ne serait pas "pile" dans la case "axe de réflexion" n'a aucune chance de passer toutes les barrières et de monter jusqu'au Congrès. Ce qu'il y a d'incroyable ici, et ce que je dénonce avec ce texte, c'est qu'il n'est pas possible pour le "public" de proposer toute idée pour lutter contre le dopage. Tout simplement parce que ce n'est pas un "axe de réflexion". J'ai eu beau lire et relire, non, pas une ligne sur la lutte anti-dopage. Serait-ce un sujet si mineur que le CIO ne s'en préoccupe pas ?

12:41 Publié dans Actu | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cio, jeux olympiques, dopage, j.o.

15/04/2008

La Charte et le badge

Qui peut affirmer ne pas vouloir lutter "pour un monde meilleur" ? Moi-même, je lutte au quotidien pour un monde meilleur. Les athlètes aussi – du moins ceux qui refusent le dopage, je m'empresse de le préciser – veulent un monde de fraternité. Et les Jeux Olympiques sont le point culminant de ces valeurs. La charte olympique est bien longue à lire, près de 109 pages. Mais tenons-nous en au chapitre 1, point 1 (le gras est de moi) : "Sous l’autorité suprême du Comité International Olympique, le Mouvement olympique comprend les organisations, les athlètes et les autres personnes qui se soumettent à la Charte olympique. Le but du Mouvement olympique est de contribuer à la construction d’un monde meilleur et pacifique en éduquant la jeunesse par le biais d’une pratique sportive en accord avec l’Olympisme et ses valeurs."
Exégèse rapide, pourquoi écrire "Le but du Mouvement olympique est de contribuer à la construction d’un monde meilleur", et dans le même temps refuser de voir écrire "Pour un monde meilleur" ? Je laisse le CIO face à cette incohérence.

Pourtant, il faut plus que jamais défendre la Charte Olympique et les valeurs qu'elle entend promouvoir ou protéger. Il faut cesser de mélanger la politique et le sport. Voyez les discours qui maintenant se radicalisent, qui disent ou écrivent "Pékin = Berlin". Il y a un discours politique à tenir face aux gouvernants chinois, et il y a un discours sportif à tenir face au Comité Olympique chinois. Le temps de la politique et de la diplomatie n'est pas celui des Jeux. Mais il est encore temps de demander l'application la plus large de la Charte Olympique à la Chine. Et d'en profiter pour avoir des précisions sur les mesures anti-dopage. Cette simple question n'est pas si éloignée que cela de la "crise tibétaine", croyez-moi.

Complément

J'ai appris que le président du CIO, Jacques Rogge, a invoqué l'article 51-3 de la charte olympique, pour expliquer le refus du "badge", au motif que le texte précise qu'"aucune sorte de démonstration ou de propagande politique, religieuse ou raciale n'est autorisée dans un lieu, site ou autre emplacement olympique". Hélas, ce "monde meilleur" est extrait de l'article 1-1 de cette même charte. Le Président du CIO ira t-il jusqu'à amender l'article 51-3 en ajoutant après "raciale" : " ou tout extrait de cette même charte olympique". Et si la volonté affichée est que tous les athlètes portent un "signe commun", je propose un badge où il serait marqué dans la langue de la délégation (je propose ici un texte en français) : "Pour un monde meilleur", avec dessous le nom de la Délégation (par exemple "France") et dessous encore les anneaux olympiques... Ca aurait du style, croyez-moi.

07/04/2008

Pour que la flamme brûle

Je suis pour tout. Je suis pour l'indépendance du Tibet, et je suis pour des Jeux Olympiques sans aucun boycott. Le plus drôle est que je ne vois là aucune contradiction. Lorsque les jeux de Pékin ont été attribués, la situation au Tibet était la même qu'aujourd'hui. Alors faire maintenant semblant de découvrir que le Tibet est occupé par la Chine est très hypocrite. Ou bien on parlait de boycott dès avant l'attribution des jeux ("Si le CIO donne les jeux à Pékin, pas de délégation s'il n'y a pas d'athlètes Tibétains sous une bannière indépendante"), ou bien on acceptait de participer aux jeux sans y associer une négociation forcée sur l'avenir du Tibet. Mais au fait, que veux-on vraiment ? L'indépendance du Tibet ? Je ne suis pas idéaliste, mais on n'obtiendra pas en quelques mois - encore moins par la diplomatie seule - l'indépendance d'un pays qui est occupé depuis plus de cinquante ans. C'est de la tromperie intellectuelle que de jeter dans la rue des manifestants sur cette idée. Stopper la répression ? Bien sur qu'il faut stopper la répression, mais même sans aucune répression de la part des autorités chinoises, le fond du problème reste le même qu'au moment de l'attribution des jeux, à savoir le Tibet comme province chinoise. On a donné les jeux à Pékin, alors participons aux jeux de Pékin.
Désolé de paraître fataliste, mais la situation du Tibet sera la même après les Jeux qu'avant, parce que changer le Tibet c'est changer la Chine. Tout intellectuel qui réclame l'indépendance du Tibet ne peux pas faire l'impasse sur les autres Droits de l'Homme en Chine, sauf à être discrédité. Réclamer l'indépendance du Tibet c'est donc aussi militer pour l'abolition de la peine de mort en Chine (ce pays étant 1er en terme d'éxécutions capitales), l'arrêt des emprisonnements pour délit d'opinion, et la liberté d'expression pour tout citoyen chinois (accès libre à internet compris).
Pour ma part je suis bien plus inquiet du spectacle sportif qui nous sera proposé lors de ces J.O. Je crains en effet une déferlante d'athlètes chinois tous plus inconnus les uns que les autres sur les plus hautes marches des podiums. Avec en prime des performances que les journalistes les plus diplomates qualifierons de "surhumaines"...

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu