Avertir le modérateur

02/01/2010

Tiger Woods et le calcul économique

Je ne vais pas m'étendre sur les déboires extra-sportifs que vient de connaître Tiger Woods, cela ne m'intéresse absolument pas. Mais telle une icône déchue, le Tigre tombe de son piédestal et est laché par la plupart de ses sponsors. Mais quand je lis que "Selon les auteurs d’une étude réalisée par deux professeurs d'économie de l'Université de Californie, l’affaire Woods auraît fait perdre jusqu'à 12 millards de dollars en bourse aux sponsors du numéro 1 mondial", je ne peux pas m'empêcher de bondir et de crier à l'imposture. Car enfin d'où peut bien sortir ce chiffre, à part du stylo de ces deux professeurs ? Quel est le détail du calcul ? 12 millions pourquoi pas, c'est déjà un chiffre important. 120 millions c'est plus que tous les contrats que Tiger Woods possédait au sommet de sa gloire. 1 milliard 200 millions c'est l'économie d'une région entière. Alors 12 milliards de pertes rien qu'en sponsoring c'est du si grand n'importe quoi que ça ne peut être que totalement faux...

11:54 Publié dans Actu | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tiger woods, golf, bourse

28/08/2009

La curieuse remontée du titre TF1

J'ai beau être encore en vacances, je n'en ai pas moins remarqué que le titre TF1 a fait en bourse de Paris un bond spectaculaire depuis quelques mois. Vous vous souvenez sans doute qu'au premier trimestre de cette année l'entreprise était plus que moribonde économiquement : plombée par des résultats en berne, attaquée par les chaînes de la TNT, boudée par les publicitaires et le public, minée par des querelles internes, la chaine du "mieux disant culturel" faisait pitié à voir, à défaut d'être regardée. Ne manquait plus à l'appel que des rumeurs de rachat pour terminer de noircir le tableau. Avouez que tout cela ne donnerait pas envie à un trader - même mauvais - de conseiller d'acheter du TF1 à sa clientèle. Il faut croire pourtant que c'est ce qu'il fallait faire, car tout cela n'est plus aujourd'hui qu'un mauvais souvenir. Depuis le plus bas à 5.15 Euros à la mi-mars, l'action est remontée en flèche et côte en ce moment aux alentours de 11 euros, soit plus de 100% de hausse en 5 mois. Pas mal pour une entreprise qui n'a depuis fait aucune annonce d'envergure, pas plus qu'elle n'a annoncée un quelconque bénéfice. Alors par quel miracle l'entreprise TF1 en est-elle arrivée là ? Ce n'est quand même pas les 200 millions (sic) de vidéos de Secret Story vues sur Internet qui ont déclenché cet engouement pour l'action ? Ce n'est quand même pas non plus le retour si attendu (re-sic) de la Roue de la Fortune(1) ? La vérité est sans doute ailleurs, mais hélas je ne la détiens pas. Tout au plus puis-je modestement inciter l'AMF à ouvrir une enquête sur cette curieuse remontée. Appel qui ne sera pas entendu, au moins de cela je suis certain.

(1) Encore que cette roue tourne bien pour quelques-uns mais ne nous dispersons pas...

09:54 Publié dans Actu | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tf1, action, bourse, amf, télévision

04/10/2008

La crise et ses coupables

La crise actuelle doit démystifier deux choses. D'abord elle devrait mettre au chômage non pas des ouvriers ou des employés, fussent ils de banque, mais les experts et les analystes. Si je me souviens bien – et souvent je me souviens bien – le prix du pétrole a augmenté depuis 18 mois (janvier 2007 = 53$ le baril, avec des perspectives à la baisse !), parce que la croissance économique des pays émergents allait peser sur la production au point de tarir avant terme cette énergie... Voyez où nous en sommes aujourd'hui ! Je vous signale que dans la Chine antique, on décapitait les astrologues qui n'avaient pas su prédire les éclipses du Soleil. Bien entendu je n'en demande pas tant ici. Mais enfin, on pourrait quand même faire le procès de ces personnes, qui disent en croyant savoir et qui en fait ne savent rien. Un autre révélateur de cette crise est le yo-yo (je ne vois pas d'autre terme) des indices boursiers. Les hausses comme les baisses sont spectaculairement inquiétantes. Bien que non spécialiste, je pense que ces +9% du CAC40 ou ces -777 points du Dow Jones que nous avons vu récemment ne sont pas la conséquence de la crise en elle-même, mais la réaction presque irrationnelle des acteurs du marché boursier. J'emploie le terme "irrationnel" à dessein, voulant souligner ici à quel point la réaction est déconnectée de la réalité économique(1). Car ce n'est pas l'économie qui va mal, mais la finance, vérolée par des mécanismes devenues si complexes qu'ils en sont devenus incontrôlables. Le ver de "l'effet de levier" est dans le fruit de l'économie de marché, en quelque sorte.
Tant que j'y suis, un mot aussi sur les "parachutes dorés". Ils ont un seul "avantage", si je peux le dire ainsi, c'est qu'ils permettent de montrer au "peuple" des coupables, de donner un visage au Mal actuel. Bien entendu cette pratique doit cesser au vite. Mais outre cela je souhaite – et j'espère – qu'aucun euro de bonus ne sera versé cette année aux traders. Ce serait après tout la moindre des choses que de voir leur "pouvoir" d'achat en baisse par rapport à l'an dernier.

(1)Je sais que je suis ici en total contresens avec ce qui est dit du matin au soir dans les médias. Mais entre nous, de l'action "LVMH" (par exemple) à moins 25%, moi j'achète tout de suite !!

00:13 Publié dans Actu | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : crise, finance, actions, bourse

01/05/2008

Le Monde des bonnes affaires

Dans une enquête incroyablement documentée, deux journalistes du journal "Le Monde" révèlent les montages financiers autour de l'entreprise Wendel. Je ne vais pas résumer l'article – tâche difficile pour qui n'est pas un habitué de la sphère des finances - mais pointer l'essentiel : Il y avait 324 millions d'euros en actions, à se partager en 15. Comme écrit au début de l'article "Le prix à payer était modeste : pour acquérir ces 5 %, il n'y avait à débourser que 83 millions. Le management est même parvenu à n'en sortir que moins de la moitié de sa poche."
La première réaction serait de jouer les offusqués, sur le thème bien connu du "tous pourris ces riches". Or il n'y a rien d'illégal dans ce montage, si ce n'est qu'il vérifie au plus haut point l'adage selon lequel "on ne prête qu'aux riches". Entre cabinets d'experts et avocats spécialisés en montage financier, l'investissement était à la hauteur de ce qu'il a rapporté, et somme toute modeste. Un vrai coup sûr, en sorte.
 Aussi incroyable que cela puisse paraître, je veux moi aussi profiter de cela, à une échelle cent mille fois (!) moindre. Je veux pouvoir acheter pour 216 euros d'actions de mon entreprise ( 3240 / 15 parts) en ne déboursant que 55 Euros (830/15). Et en se débrouillant bien, sur ma fiche de paie je ne verrai retenir que la moitié de cette somme. En ces temps où le maître mot est "pouvoir d'achat", c'est une idée à creuser, puisque parfaitement légale. Dixit Monsieur Seilliere en personne.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu