Avertir le modérateur

10/01/2017

Un exemple de promesse impossible à tenir : créer 16 000 places de prison en cinq ans.

Si à gauche Manuel Valls avait lancé en Octobre dernier un n-ième plan de rénovation des prisons françaises, François Fillon lui promet la création de 16 000 places supplémentaires d'ici 2022. A environ 400 places par prison ce n'est pas moins de 40 centres pénitenciaires qui devront voir le jour en 5 ans. Cela veut dire 40 emplacements à trouver, 40 maires à convaincre et sans doute autant de contestations plus ou moins formelles de la part de la population locale à affronter. Tenir cette promesse c'est surtout lancer ces 40 chantiers en un temps très court afin qu'ils soient terminés avant la fin du quinquennat. Ce que je veux souligner en pointant tous ces obstacles est que l'argent seul ne suffit pas, et encore moins les déclarations d'intention.
Je reviens un instant sur les implantations. L'excellent rapport parlementaire de 2002 (de mémoire) sur les prisons le soulignait, éloigner les centres pénitentiaires des villes est une fausse bonne idée. Avec moins de transports en communs il y aura moins de visites ainsi que des temps de trajets forcément rallongés pour tout le personnel. Cacher les prisons n'est pas une solution en soi.
Mais admettons un instant que tous ces obstacles soient levés, avec ou sans baguette magique. Ce n'est pas le tout de construire il faut aussi du personnel. Un récent rapport a pointé qu'à Fresnes 70% des surveillants sont des stagiaires, un chiffre à peine croyable. Si l'on a la volonté politique de construire des places de prison supplémentaires cela ne peut pas se faire sans une titularisation massive du personnel. Après tout il est question ici d'un emploi perenne et non délocalisable, un argument qui devrait faire mouche à quelques mois de l'élection présidentielle.

12/01/2009

Présidentielles 2012, premières questions

2012 sera année Olympique,  elle sera aussi année d'une nouvelle élection présidentielle. Plaçons-nous un instant dans l'éventualité où le futur président(1) ne soit pas issu de l'UMP(2) : En profitera t-il pour réduire son salaire de 179% au motif que la hausse que Nicolas Sarkozy s'est alloué était indécente ? Pas si sûr... En profitera t-il pour donner des droits nouveaux au Parlement en général et à l'opposition parlementaire en particulier ? Pas si sûr... Reviendra t-il sur la possibilité de partir à la retraite à 70 ans ? Pas si sûr... Reviendra t-il sur la nomination par l'Elysée du Président de France Télévisions ? Pas si sûr ...
Ces quelques exemples (vous en trouverez facilement d'autres) me viennent immédiatement à l'esprit dès que je pense à la prochaine élection présidentielle(3). Mon avis est que le "sale boulot" a été fait en quelque sorte, et je pense que le futur locataire de l'Elysée saura fort bien s'ajuster de ce qu'il trouvera. Pour ma part je compte fermement soulever ces questions le moment venu et espère qu'il y aura là un vrai débat entre les candidats.


(1) Le texte serait trop alourdi si je devais préciser à chaque fois "il" ou "elle", mais sachez qu'à chaque fois que j'ai écrit "il", j'ai pensé "il" ou "elle".
(2) Je suis désolé  mais je n'arrive pas à imaginer un président UMP qui ferait ce que je souhaite dans ce texte...
(3) Certaines mesures seront plus difficiles à défaires que d'autres. Mais celle liée au salaire du Président de la République est un excellent indicateur. Nous verrons bien si elle sera d'une manière ou d'une autre remise en cause.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu