Avertir le modérateur

26/09/2013

La grandeur de la tâche...

C'est le journal "The Guardian" qui le révèle mais l'information est reprise par "Le Monde", les conditions de la construction des stades de football au Qatar sont "dignes de l'esclavage". D'après les informations recueillies plus de 40 travailleurs népalais - engagés pour l'occasion - seraient déjà morts. Le Qatar - faute d'habitants en nombre suffisant - doit importer sa main d'oeuvre, certes. Ce qui est moins logique est qu'il utilise cette main d'oeuvre comme si cette dernière était taillable et corvéable à merci, à peine considérée comme une variable d'ajustement*...

Pourtant il y aurait eu une certaine noblesse de la part de ce pays de faire tout le contraire. Relisez Jules Verne un instant et son fabuleux "De la Terre à la Lune". Qu'y trouve t-on ? Que pour construire la Columbiad**, le canon qui lancera le boulet jusqu'à la Lune, il faut faire appel à de la main d'oeuvre. Mais pour la tâche à mener pas question d'utiliser des sous-employés, non. Bien au contraire il faut se montrer exigeant au point d'embaucher les meilleurs ouvriers, seulement les meilleurs : "l'élite des mécaniciens, des chauffeurs, des fondeurs, des chaufourniers, des mineurs, des briquetiers, et des manoeuvres de tout genre, noirs ou blancs, sans distinction de couleur", qui en retour sont assurés d'avoir en fin de mission "une haute paie, avec gratifications considérables et proportionnelles". Quant aux accidents du travail - inévitable même dans un roman - Jules Verne l'assure : "la moyenne des catastrophes*** ne dépassa pas celles des pays cités pour leur luxe de précautions..."

C'est pourquoi le Qatar aurait été bien inspiré de donner l'exemple, de montrer que sa richesse quasi infinie lui permettait de pratiquer autrement, et que devant la grandeur de la tâche - construire les stades qui accueilleront la coupe du Monde de football - il pouvait embaucher les meilleurs ouvriers possibles et leur donner une "haute paie". Dommage que ce ne soit pas le cas.



* Je vous laisse lire l'article du journal "Le Monde" qui décrit les conditions de travail.
** C'est en hommage à Jules Verne que la NASA a baptisé sa 1ère navette "Columbiad". A titre personnel j'aurais préféré un nom inventé pour l'occasion mais ceci nous éloigne du sujet de ce billet...
*** Le roman fait état d'un seul accident, causant la mort de "plusieurs ouvriers"

19/06/2010

Regard sur les ratés de la vieille Europe en Coupe du Monde de football

La défaite de l'équipe de France de football face au Mexique a été durement ressentie par les supporters, mais aussi bien au-delà. N'étant pas un grand spécialiste de ce sport - que je suis pourtant à la télévision depuis bientôt 35 ans(1) - je pense que la défaite des bleus doit résonner autrement à nos oreilles, et c'est pour des raisons que je vais développer ici que je ne tirerai pas sur l'ambulance "EdF"(2), enfin pas que sur elle.
Ce qui me pousse à écrire ces lignes ce sont les piètres performances des équipes nationales de la vieille Europe. L'Espagne qui perd contre tout attente face à la Suisse ; l'Allemagne qui tombe de son piédestal de prétendant à la victoire finale en chutant contre la Serbie ; l'Angleterre qui n'arrive pas à battre une équipe d'Algérie certes vaillante mais bien plus faible sur le papier ; et l'Italie enfin qui n'a pas donné non plus à ses tifosi des gages de bonnes intentions dans cette coupe du Monde(3). Et pourtant, quels sont les quatre plus forts championnats de clubs ? ce sont les championnats anglais, espagnols, italiens et allemands.
Autre réflexion : presque tous les joueurs anglais jouent en Angleterre, presque tous les joueurs allemands jouent en Allemagne, presque tous les joueurs espagnols jouent en Espagne, et enfin presque tous les joueurs italiens jouent en Italie. Et les joueurs français me direz-vous ? Eh bien presque tous les joueurs de l'Equipe de France jouent dans l'un de ces quatre pays. Autrement dit, Espagne, Italie, Allemagne, Angletterre, France, voici cinq pays avec en classe individuelle sans doute les meilleurs joueurs du monde et au final cinq déceptions pour les supporters de ces équipes nationales respectives.
Tout simplement parce que la logique économique s'impose aux joueurs qui savent bien qui est leur premier employeur : c'est leur club et non pas leur sélection nationale. Partant de là ces derniers se "défoncent" tout au long de la saison pour leur club qui en retour paie grassement ces "exploits". Le maillot de l'équipe nationale ne fait plus rêver aucun joueur, et je vais même jusqu'à me demander si cette coupe du Monde n'est pas pour cette catégorie de joueurs des "heures sup'" obligatoires inscrits à leur contrat, et éxécutés à contre-coeur...
Alors tirer sur l'ambulance de l'Equipe de France sans doute, mais regardez autour de vous et voyez les performances des équipes d'Italie, d'Espagne, d'Allemagne ou d'Angleterre. La gangrène du foot-business a atteint ces nations(4), cela ne fait aucun doute.
Dernier argument qui me fait de plus en plus penser que je suis dans le vrai c'est se demander pourquoi les équipes sud-américaines ne sont pas dans cet état d'esprit. Pourtant l'actuel meilleur joueur du monde(5) joue en Espagne. Mais je pense que l'éloignement géographique joue ici un rôle non négligeable, et que le joueur en question sait qu'il est redevable envers ses supporters nationaux. J'y vois une sorte de dédommagement pour ne pas être chaque dimanche dans un stade d'Argentine. 
Pour terminer et rester un brin "chauvin", que faut-il faire alors pour notre équipe nationale ? Au vu de ce que je viens d'écrire, laisser les joueurs français évoluant à Arsenal, à Barcelone ou au Bayern de Munich jouer pour leur club. Trouver des joueurs a priori de moindre rang, mais qui eux sauront se sublimer une fois sous le maillot des bleus. Un bon critère serait de ne sélectionner en équipe de France que des joueurs évoluant dans notre propre championnat de Football(6), ou bien jouant leur première saison à l'étranger. C'est à ce prix que notre équipe retrouvera du mordant, de l'envie et pourquoi pas - on peut toujours rêver - marquera des buts et gagnera des matchs...


(1) J'ai vu en direct Dominique Bathenay tirer sur le poteau...mais c'était une toute autre forme de désillusion
(2) Abréviation pour "Equipe de France" et qui tend à entrer dans les usages journalistiques
(3) Au moment où j'écris ces lignes l'Italie n'a joué qu'un seul match, un match nul décevant face au Paraguay.
(4) Voyez par exemple quel lobbying est développé par les clubs pour être prioritaire sur les engagements des joueurs étrangers lorsque ceux-ci sont appelés en cours de championnat pour jouer un match de leur équipe nationale.
(5) Titre honorifique certes, mais nullement usurpé lorqu'on a déjà vu ce joueur à l'oeuvre.
(6) On va peut-être ici taxer ma proposition de radicale, mais la somme de 11 très très bons joueurs de football ne fait pas toujours une belle équipe, même en club. Voyez le Réal de Madrid par exemple...

10/06/2010

Pour qui la Coupe ?

Oui, qui va gagner la prochaine coupe du monde de football organisée par l'Afrique du Sud ? La France ? Pour être tout à fait franc je ne le pense pas. Je veux ici développer mon sentiment.
Le premier est bêtement matériel, c'est la carotte constitué par la prime que toucherait chaque joueur en cas de victoire en finale : 390 000 Euros(1). Pour aussi impressionnante qu'elle puisse paraître elle n'est pas assez "attractive" pour les joueurs, c'est hélas un fait. Prenez Thierry Henry par exemple, dont CNN a révélé le salaire annuel : 9 810 000 dollars, soit à peu près 675 000 euros par mois. 
La prime représente pour lui à peine 20 jours de salaire, est-ce une motivation suffisante ? Car quoi qu'on en dise ou qu'on en pense, la première source de revenu de ces joueurs - et c'est le cas pour les autres équipes - reste le salaire versé par le club. Mais dès qu'il s'agit de porter le maillot national, l'argent n'entre plus en compte. Alors on pourra m'opposer ce qu'on voudra, mais s'il est arrivé de ne pas sélectionner un joueur en équipe de France à cause de ses piètres prestations en club, jamais aucun club n'a refusé de joueur au motif qu'il ne jouait pas assez bien en sélection nationale...
Outre ce coté mercantile, il y a également le coté sportif. L'équipe de France est dans les équipes qui se sont le plus mal qualifiées pour cette coupe du Monde, il ne faut pas l'oublier. Les matches de préparations ont posé plus de questions qu'ils n'en ont résolu, et à 24 heures de la première rencontre de poule on reste dans l'expectative. Si bien que plus le temps passe et plus on doute d'une présence de la France au second tour. Sans compter que - et cela n'a pas encore été souligné - seule la première place sera belle dans ce groupe "A", puisque finir deuxème est synonyme de match à élimination contre l'Argentine(2). Une bonne équipe de France est tout à fait capable de gagner ses 3 matchs de poule. Mais "cette" équipe de France pourra t-elle le faire ?

(1) 340 000 euros si la finale est perdue, et pas de prime du tout en cas de défait avant.
(2) Il ne me vient pas à l'idée que l'Argentine puisse terminer à une autre place que la première dans son groupe.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu