Avertir le modérateur

16/05/2017

Contre : l'attribution des droits TV de la Champion's League à SFR

C'est SFR qui a décroché l'exclusivité de la diffusion de la coupe d'Europe des clubs champions*. J'ai lu sur internet pas mal de critiques sur cette décision** mais pas celle que je me propose de développer.
J'estime qu'en effet cela pose un problème d'égalité. Car contrairement à Canal+ ou à Bein Sports, SFR est avant tout un opérateur Internet et l'accès à ses chaînes est réservé à ses seuls abonnés. Pour être plus précis, un abonné de SFR pouvait voir la C1 même si les droits avaient été donné à Canal+ ou à Bein Sports, alors qu'un abonné de Canal+ ou de Bein Sports ne pourra pas voir cette même C1, sauf à devenir un abonné de SFR.
Les fans de sport qui ont SFR comme opérateur internet sont pour la plupart déjà abonnés à Canal+ et à Bein Sports. A l'inverse, les fans de sport abonnés à Canal+ et Bein Sports qui ont Orange, Free, Bouygues ou autres comme opérateur internet ne pourront pas regarder la Champion's League sur leur téléviseur***.
Il y a là un mélange des genres entre contenant et contenu qui ne me plait pas. Par analogie c'est comme si l'on accordait une concession d'autoroute à un constructeur automobile, qui déciderait en retour de réserver l'usage de sa route à ses seules voitures.
Pour rester dans le domaine de la téléphonie, je n'oublie pas qu'Orange a été contraint en son temps de céder son exclusivité sur les ventes d'Iphone qu'il était dans un premier temps le seul autorisé à commercialiser. Dès lors je ne vois pas en quoi la situation de SFR vis-à-vis de la Champion's League serait différente de celle d'Orange vis-à-vis d'Apple.

* Plus connu désormais sous la dénomination Champion's league ou encore C1.
** Celle sur l'audience espérée, entre autres.
*** SFR propose bien un abonnement "hors SFR" pour regarder ces chaînes de sport mais uniquement sur tablette ou téléphone et pas sur TV.

05/10/2016

Contre : Une coupe du monde à 48 équipes.

L'actuel président de la FIFA, Gianni Infantino, souhaite que la coupe du monde de football passe de 32 à 48 équipes. Si au premier abord l'idée que plus de pays participent à la grande fête du foot peut être louable (encore que, les mauvaises langues pouvant facilement parler de clientélisme), une analyse des condidions dans lesquelles se déroulerait un tel tournoi démontre que c'est tout le contraire.
En effet, il n'est pas question de juste augmenter le nombre de poules et passer de 8 poules de 4 équipes soit 32 pays à 12 poules de 4 soit 48, non. L'idée est d'avoir d'un coté un groupe de 16 équipes et d'un autre coté 32 équipes qui s'affronteraient sur un match afin que les 16 qualifiés puissent participer à la phase finale et aux matches de poules.
Un tel système - s'il voyait le jour - donnerait une prime conséquente aux meilleures équipes. On l'a vu par le passé, être tête de série ne donnait pas nécessairement un ticket pour les huitièmes de finale. Par contre avec ce futur système, être dans le premier groupe donnera l'avantage d'avoir dans sa poule deux équipes qui elles viendront de batailler pour être en phase finale.
Ajoutons aussi que cela nécessitera soit de "casser" la répartition continentale, soit de tordre le sort pour pouvoir la respecter. On ne sait pas encore comment serait géré ce 32ème de finale de coupe du monde, sera-ce un tirage au sort intégral ou respectera t-il la mixité continentale ? En tout état de cause, les pays qui en sortiront auront le désavantage d'avoir joué un match de plus que les autres, de surcroît dans des conditions mentales difficiles puisqu'il s'agira d'un match couperet.
Du coup les masques tombent : Il s'agit d'organiser une coupe du Monde certes mais avec l'objectif de limiter au minimum le risque pour les meilleures équipes de sortir dès le premier tour. Les exemples passés sont bien trop nombreux pour ne pas songer que c'est là l'idée directrice. Et comme par hasard, ce système se mettra en place pour la coupe du monde 2022 organisée au Qatar. Comme si les conditions dans lesquelles ce pays a obtenu l'organisation de la compétition, le scandale autour de la construction des stades et la polémique sur les dates retenues ne suffisait pas, voilà qu'il faut aussi modifier le format du tournoi pour faire plaisir aux fédérations les plus influentes. C'est la glorieuse incertitude du sport qu'on éradique, pas autre chose.

16/04/2016

La glorieuse incertitude de la montée...

La glorieuse incertitude du sport est encore mise à mal dans le football et les chances pour la rétablir sont minces voire nulles. De quoi est-il donc question ici ? De la décision de la Ligue de football profesionnel de de recourir à partir de la saison 2016/2017 à un barrage entre le 18ème de Ligue 1 et le 3ème de Ligue 2.
Pour comprendre les ressorts de cette affaire* il faut remonter à plusieurs mois en arrière, quand il était question de limiter à deux le nombre de clubs qui descendraient en Ligue 2. Cette intention à l'argumentation faible pour ne pas dire fallacieuse (il était question de donner de la visibilité économique aux sponsors, autrement dit déconnecté du résultat sportif) avait pour objectif de "fermer" la ligue 1, de la réserver à un groupe limité de clubs**.
Devant le tollé soulevé à l'époque la Ligue avait décidé de renoncer à cette décision. Mais pour autant il fallait tout de même donner un gage aux clubs de Ligue 1, qui ne veulent plus entendre parler de 3 descentes automatiques en division inférieure. C'est pourquoi la LFP a décidé d'organiser à partir de la saison prochaine un barrage entre le 18ème de Ligue 1 et le 3ème de Ligue 2 avec en jeu, une place en Ligue 1.
Il y aura barrage certes, mais ce sera un match aller-retour avec retour sur le terrain du club de Ligue 1, un avantage conséquent. Quitte à avoir un barrage, la logique sportive voudrait que ce soit sur un seul match et sur un terrain neutre, le sport y gagnerait beaucoup.  Alors oui il y a bien "glorieuse incertitude" mais pour au désavantage du club qui sportivement parlant avait sa place en division supérieur. une fois encore la logique économique a été la plus forte et c'est bien dommage.


* L'importance que je donne à ce sujet en lui consacrant un billet ne me fait pas perdre de vue qu'il y a des choses bien plus importantes à considérer en ce monde, surtout en ce moment.

** N'oublions pas : "Le 18 avril 2014 (...) le club de Luzenac valide [...] sa montée sportive en Ligue 2. Cependant, en juin et juillet 2014, pour des questions budgétaires, la Direction nationale du contrôle de gestion (DNCG) refuse la montée du club et le Comité national olympique et sportif français, saisi en appel, rend également un avis défavorable. En août, après référé du club devant le tribunal administratif de Toulouse, la DNCG donne finalement son aval à l’octroi du statut professionnel. Mais, malgré la mobilisation de nombreuses personnalités notamment politiques, jusqu'au secrétaire d'Etat aux sports Thierry Braillard, cet avis est contredit par deux décisions de la Ligue de football professionnel (du 8 et 27 août 2014) qui refuse définitivement l'accès à la Ligue 2 au motif que « le club ne dispose pas d'un stade répondant aux normes réglementaires de sécurité ». Le 4 septembre 2014, l'ultime espoir de Luzenac devant la juridiction administrative, saisie une nouvelle fois contre la décision de la Ligue, se solde par un échec." [Source Wikipédia]

09:01 Publié dans Actu | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : foot, football, ligue 1, ligue 2, barrage, lfp

24/02/2015

De l'aléa du tirage au sort

Le journal le Monde se fait l'écho d'une proposition du mathématicien Julien Guyon à propos du tirage au sort de la ligue des champions afin dit-il "de rendre le tirage plus aléatoire". C'est cette expression qui m'a fait bondir sur mon clavier pour répondre via mon blog.
Rendre le tirage (plus) aléatoire dites-vous ? Mais rien de plus simple ! Il suffit de passer au tirage intégral, tout le monde dans le même pot. Les champions nationaux des 8 premiers pays de l'indice UEFA seraient assurés de ne pas se rencontrer au 1er tour mais c'est tout.
Les plus jeunes de mes lecteurs ne le savent sans doute pas mais cette phase de poule est clairement anti-sportive puisque son but (inavoué) est de protéger les plus gros clubs de tout aléa sportif. Mon système* a pour mérite de mettre au centre du terrain la glorieuse incertitude du sport. Depuis combien de temps un club comme le FC Barcelone ou le Bayern de Munich n'a t-il pas joué sa qualification sur un seul match, face à une équipe courageuse et déterminée des îles Féroé ou de la Hongrie ?
Personne aussi - ou si peu - n'a souligné jusqu'à quel point la protection est organisée puisque quand bien même un "gros" club serait éliminé dès la phase de poule, comme par hasard la place de troisième est synonyme de reversement dans la ligue Europa.
C'est bien entendu cela qu'il faut dénoncer - et combattre - plutôt que promouvoir un meilleur aléa certes mathématique mais pas du tout sportif.

* Qui n'est rien d'autre qu'un système éprouvé durant une grande partie du XXème siècle et dont on ne peut pas dire qu'elle a porté comme champion des "petits" clubs.

30/09/2013

Taxe à 75%, my foot !

La taxe à 75% verra donc le jour, y compris pour les clubs de football : My foot !
On a beau nous assurer que ces clubs n'auront pas de régime dérogatoire, ce sera bel et bien le cas puisque les textes prévoient un plafonnement "à 5% en fonction du chiffre d'affaires des clubs". Si ça ce n'est pas de la dérogation ... Je suis d'ailleurs curieux de savoir combien de clubs seront concernés par cette disposition.
Il faut également lire la déclaration de la ministre des sports pour justifier cette entorse : "(...) nous avons pris en compte la fragilité [du] modèle économique". Fragilité économique dites-vous ? A quoi sert la DNCG* alors ? A seulement rétrograder  vers les amateurs le FCR, le Football Club de Rouen** ? Hélas trois fois hélas, l'adage "Fort avec les faibles, faible avec les forts" se vérifie une fois de plus...

* La DNCG est l'organisme de la FFF chargé de surveiller les finances des clubs professionnels. Pour résumer ces derniers ont l'obligation - sous peine de sanctions - d'avoir des comptes équilibrées.

** L'actuelle ministre des sports était auparavant maire de Rouen, tout un symbole...

18:07 Publié dans Actu | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : football, taxe, 75%, dncg

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu