Avertir le modérateur

30/08/2012

Future tarification de l'énergie, une nouvelle usine à gaz ?

Le prix de l'électricité va t-il devenir une usine à gaz ? C'est bien possible si on en croit l'article du Figaro annonçant pour octobre un texte de loi discuté à l'assemblée nationale sur la tarification progressive de l'énergie. Je suis pour cette mise en place car elle correspond tout à fait à l'air du temps. Elle permet d'un coté aux ménages les plus pauvres de bénéficier d'une énergie peu chère et de l'autre de responsabiliser les ménages plus aisés en leur faisant clairement distinguer entre consommation de confort et consommation superflue.

L'auteur de l'article pointe néanmoins les difficultés que devra résoudre le législateur. En effet il serait question de tenir compte du nombre d'occupants d'un logement, du mode de chauffage, de la situation géographique et de la qualité de l'isolation thermique. Ma fibre jacobine me pousse à balayer tous ces paramètres d'un revers de main : le mode de chauffage ? non-sens absolu car le texte précisera au final le coût du Kwh de gaz(*) ou d'électricité. La situation géographique ? Hors de question de placer cela dans un texte législatif, une telle péréquation serait certainement censurée par le Conseil Constitutionnel. Sans compter que si c'est pour découvrir qu'on a besoin de plus se chauffer dans certaines régions que dans d'autres, avouez que ce ne sera pas une grande avancée. La qualité de l'isolation thermique ? Là aussi c'est un paramètre factice, à charge aux bailleurs et propriétaires de faire (ou pas) des travaux en ce sens. 
Il faut - mais ce sera très difficile - s'en tenir à l'esprit qu'un tel texte pré-suppose : proposer une base incluant l'abonnement et un nombre déjà déterminé de Kwh. Je m'interroge encore sur un système de paliers mais mon idée est qu'il en faut un minimum. Je verrais bien un étagement en 3 parties. L'idée étant qu'en prenant pour base la consommation d'un ménage typique, la mise en pratique de cette loi ne représente ni avantage ni désavantage. Pour les catégories les plus modestes elle devra représenter une économie de 10 à 15% à Kwh constant (entendez avant la réforme), gagée justement sur les catégories les plus énergivores qui au contraire devront réaliser au moins 10% d'économie d'énergie pour payer le même montant qu'auparavant. 
Ma crainte est que noyée dans la masse des articles cette réforme ne serve pas au but qu'elle se propose d'atteindre. Mais patientons et voyons.

(*) La consommation de gaz est convertie en Kwh sur nos factures. Vérifiez si vous ne me croyez pas... 

28/12/2007

Tarifs du gaz : comment transformer une hausse en baisse

Le tour de passe-passe a beau être connu depuis des lustres, il marche toujours. L'histoire de la hausse prochaine des tarifs de Gaz de France n'échappe pas à cette règle. D'abord GDF réclame une hausse à peine croyable, de 6% ("[il a d'abord demandé] des choses par-dessus les maisons !", in Molière - Les fourberies de Scapin acte II scène 5). Ensuite le gouvernement prend acte de la demande, tout en laissant entendre qu'il est hors de question d'accepter cela.
Enfin l'acte final : après négociations (sic), les tarifs augmenteront de 4% à compter du 1er Janvier 2008. Et tout le monde de se réjouir de ce que "la hausse a été plus faible que prévue". C'est qu'en ces temps pré-électoraux, il faut faire attention aux signaux envoyés aux électeurs. Mais hélas pour nous, l'économie a ses raisons que la raison ignore. Je ne sais pas quel crédit faut-il accorder à la thèse consistant à dire que le gouvernement "habille la mariée" en vue du rapprochement avec Suez, mais ce qui est certain, c'est que beaucoup vont se sentir soulagés de voir que la hausse n'est que de 4%. Ce que je retiens moi de cet épisode, est que l'histoire ne pouvait pas s'écrire autrement. Imaginez un peu la scène suivante : Mr GDF "je veux 4%" et Mme la ministre de l'économie, des finances et de l'industrie de répondre aussitôt "D'accord. Topez là". Tout le monde aurait trouvé la hausse excessive. Mais là, après avoir distillé dans l'opinion l'idée de vivre avec une hausse de 6 points, ces 4% résonnent comme une baisse. Je reste poli, j'ai mis deux "s".

16:45 Publié dans Actu | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Actun, gaz, tarifs

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu