Avertir le modérateur

04/01/2010

La réussite du réveillon, impossible à vérifier

Ce que c'est qu'une communication réussie tout de même...Le comptage des voitures brûlées durant le réveillon de la St Sylvestre est devenue une tradition au même titre que la demande en mariage sur les Champs-Elysées le même soir. L'histoire a débuté il y a longtemps déjà, mais a pris un tour nettement politique et polémique il y a trois ans, lors du réveillon précédant l'élection présidentielle de 2007. Vous vous en souvenez peut-être, on cherchait à l'époque à connaître le nombre de voitures brûlées par propagation, pour bien faire la différence avec le nombre de voiture brûlées par intention. Et l'an dernier horreur, +30% de voitures brûlées par rapport à l'année précédente. Il fallait donc faire quelque chose pour cette année et briser cette spirale infernale. On allait voir ce qu'on allait voir, et un dispositif plus qu'important a été mis en place. Mais le Ministère de l'intérieur a volontairement oublié de préciser qu'il ajoutait deux nouveautés pour assurer le coup. En tout premier lieu pas d'images. C'est vrai quoi, des voitures qui brûlent entre le foie gras et le homard ça gâche le plaisir et ça ne fait pas sérieux...alors rien, nothing, nada. Pas de son, et par voie de conséquence pas d'images de voitures brûlées. Jusqu'à Internet où 20minutes.fr - dont la ligne éditoriale ne peut en aucun cas se confondre avec celle du Figaro.fr - met une image datant de...novembre 2005 pour illustrer son article. Ensuite, et c'est à mes yeux bien pire, consigne a été donné aux préfectures de ne pas communiquer de chiffres pour le département ou la commune. Officiellement tout doit directement remonter au Ministère, qui devient ainsi le gardien du temple du chiffre. Dans ces conditions il est impossible à tout un chacun de pouvoir recouper le chiffre annoncé en le comparant à ceux de chaque préfecture.
Maintenant que la fête est finie - si je puis dire - on peut parler de réussite totale, au moins dans le domaine de la communication. Aucune image de voiture en train de brûler n'a été diffusée sur aucune chaîne. De plus, le nombre officiel qui vient d'être donné par le ministère est un chiffre national, un simple bas de ligne : 1137. Mais de vous à moi ce chiffre est en réalité très mauvais. Si on le compare à celui d'il y a deux ans, c'est toujours 30% de plus et quoiqu'on puisse penser du gouvernement actuel, c'est toujours trop. Sans compter qu'au lieu d'un chiffre incontesté puisqu'incontestable, on a au contraire un chiffre impossible à vérifier. Mais c'est exactement ce que voulait le Ministère de l'intérieur.

02/01/2009

Incendies de voitures, que faire ?

Aussi sûrement que Noël tombe un 25 décembre, les incendies de voitures de la nuit de la Saint Sylvestre sont une "tradition" dont nous nous passerions bien. Dès lors quoi de plus normal que de vouloir éradiquer ce phénomène. Comme pour tout délit, cela passe par deux aspects : la prévention et la répression. Commençons par la répression, puisqu'une idée serait de ne plus donner le permis au contrevenant. Qu'on prenne le problème par n'importe quel bout, on arrive à la même conclusion : s'il y a acte délictueux, il faut en regard une condamnation. Les chiffres de cette nouvelle année montrent que sur plus de 1100 voitures incendiées il a été procédé à environ 300 interpellations. Sans prédire les suites judiciaires qui seront données, je ne compte sur pas plus d'une cinquantaine de condamnations en bout de course. Autant dire que le premier fléau reste l'impunité, et ce n'est pas militer pour un état policier que de vouloir que de tels actes ne restent pas impunis. L'interdiction du passage du permis de conduire se comprend là comme une nouvelle arme répressive, au même titre que l'emprisonnement ou l'amende.
Le volet prévention est lui plus complexe à appréhender, en dépit ce qu'on pourrait croire. Car enfin je m'interroge sur le niveau de préméditation de ces incendies. S'agit-il de la conséquence du cocktail alcool plus drogue plus effet de groupe ou bien sommes nous là dans un acte préparé et réfléchi en toute conscience ? N'étant pas sociologue (et n'en connaissant pas non plus), je reste sans réponses face à cette question. Ma conclusion est que répression et prévention doivent être associés, et qu'ici comme ailleurs l'un ne va pas sans l'autre. Dans ce cas précis je propose qu'un authentique droit à l'oubli soit institué dès que le jeune a terminé sa période probatoire après le permis de conduire obtenu.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu