Avertir le modérateur

06/01/2011

PPDA et le rasoir d'Ockham

Il ne vous aura pas échappé dans le flot de nouvelles grandes et petites celle concernant le prochain ouvrage de Patrick Poivre d'Arvor. Prévu dans les librairies dès le 19 janvier prochain, «Hemingway, la vie jusqu'à l'excès» n'est au départ qu'une nouvelle biographie sur l'écrivain américain. Las, le magazine l'Express lance un pavé dans la mare en affirmant que de (trop ?) nombreux passages ne sont ni plus ni moins que du plagiat. L'auteur lui se défend, se déclare "sidéré" et contre-attaque : «Ce tirage diffusé en décembre à la presse a par erreur été réalisé à partir d'une de mes versions de travail antérieures. Celle-ci comportait effectivement de nombreuses notes de lecture, dont certaines que j'avais prises en vue d'une ébauche d'adaptation cinématographique de la vie d'Hemingway». Dont acte. Muni de mon rasoir d'Ockham je vais tracer ici les deux scenarii possibles :

a) L'éditeur envoie courant décembre à la presse une version qui n'est pas la version définitive. "Sitôt la faute découverte l'éditeur a réagi très loyalement en la reconnaissant et en présentant leurs excuses" dixit PPDA.

b) L'éditeur envoie courant décembre à la presse la version définitive. Une lecture attentive permet de découvrir qu'il y a beaucoup de passages inspirés - pour ne pas dire copiés - du livre de Peter Griffin. Dès lors ce qui ne devait être qu'une critique littéraire devient un article pour dénoncer le plagiat.

Entre a) et b) que choisir ? Attendons patiemment le 19 janvier et nous saurons*. En effet si c'est a) il suffira à Patrick Poivre d'Arvor et à l'éditeur d'exhiber la version définitive, de démontrer preuves à l'appui qu'elle est différente de la version de travail et que les journalistes ont été trompés malgré eux. Si jamais c'est b) autrement dit si véritablement il y a eu plagiat, alors le livre ne sortira pas. Peu importe les excuses que trouveront auteur et/ou éditeur pour expliquer le retard, preuve sera faite qu'il y avait bel et bien plagiat puisqu'il sera impossible à quiconque de comparer livre en main les assertions de l'Express avec la version disponible à la vente.
Mais alors que vient faire Ockham ici me direz-vous, pourquoi le convoquer ? Tout simplement parce qu'entre un éditeur qui prépare deux tirages - dont un de travail - et qui envoie la mauvaise version aux journalistes et un éditeur qui envoie sans se tromper la bonne version dans le bon "timing" pour que les critiques sortent au moment de la publication du livre, je préfère le second éditeur au premier. Tout simplement...

* Je vous donne rendez-vous au 20 janvier pour un second billet sur ce sujet.

Complément du 26 janvier 2011

Dans un billet publié ici, Patrick Poivre d'Arvor annonce que "le livre qui est disponible en librairie cette semaine n'est pas celui qu'a lu mon confrère, et je mets quiconque au défi d'y trouver des emprunts à la biographie incriminée." Dont acte.

18:48 Publié dans Actu | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ppda, hemingway, occam, édition, griffin

13/06/2008

20 ans après

Il n'aura échappé à personne que des changements d'importance vont avoir lieu à TF1. Cela me donne l'occasion de réfléchir sur ce journal télévisé, sa ligne éditoriale, son indépendance (sic), et son présentateur.
J'ai toujours été dubitatif sur la longueur du J.T., qui hormis lors d'un événement d'importance, dure le même temps. C'est déjà une première preuve que les choix ne sont pas "que" liés à l'actualité immédiate (ce qui s'est passé lors des dernières 24 heures), où à la longueur des sujets ("Ah non, le Guatémala, pas avec l'enquête sur les cliniques !"). La ligne éditoriale, elle, est connue de tous, du moins de celles et ceux à qui il reste du temps de cerveau disponible...car pour les autres, chaque sujet est pris au premier degré, avec en point d'orgue le célèbre "C'est vrai, puisque je l'ai vu à la télé !". Je n'irai pas jusqu'à rappeler les "choix" de TF1 durant les récentes élections présidentielles, et les sujets montés en épingle pour aider. Mais entre cela et la pression des industriels, via le capital ou le budget "pub", avouez qu'on a bien du mal à croire cette chaîne "indépendante".
Le présentateur enfin. Ici je ne vais pas critiquer PPDA, contrairement au traitement que j'ai pu faire subir à sa consoeur. Mais plutôt pointer du doigt le "Gentleman Agreement" passé entre TF1 et France 2, qui fait que chaque été, nous avons les deux présentateurs "intérimaires" en même temps. Ce n'est pas une coïncidence, puisque c'est le cas année après année. C'est qu'il faut seulement éviter que par surprise, le "petit" – ou la "petite" - jeune ne fasse trop d'ombre aux vieux routards de l'info... Et à l'inverse, éviter que des transferts de télespectateurs se fassent, séduits par ce "présentateur vedette" qui finalement n'est pas si mal que ça...Vous verrez cet été !
Vous n'imaginez tout de même pas que Laurence Ferrari présentera son premier "20 heures" face à l'intérimaire de France 2...

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu