Avertir le modérateur

15/11/2010

Les ministères du remaniement

J'ai pris l'habitude de commenter les remaniements non pas sous l'angle strictement politicien(1) mais sous l'angle strictement normatif des intitulés. Comme pour les ministres, ce nouveau gouvernement recèle bien des surprises.
Commençons par les titres de "Ministre d'Etat" qui je vous le rappelle sont exclusivement protocolaires. Je note que c'est Michèle Alliot-Marie qui s'en sort le mieux puisqu'elle reste Ministre d'Etat tout en changeant de ministère. La Justice n'est plus "d'état" alors que les affaires étrangères elles le deviennent.
Il y a tout de même des points positifs dans ce remaniement et je veux commencer par cela. Comme tout le monde sans doute vous aurez noté la disparition de l'intitulé "identité nationale" qui aura fait couler tant d'encre. Cette disparition ne sera regretté par personne je pense. Je remarque aussi des regroupements heureux, que j'appelais de mes voeux. Enfin l'emploi et le travail sont dans un même ministère. Ceci pour souligner à quel point il était aberrant d'avoir un ministre pour le travail et un autre pour l'emploi ! Le rattachement de la jeunesse et de la vie associative à l'éducation nationale me semble aussi un choix correct. Mais hélas ce sera tout du coté des bonnes surprises ; les points négatifs à mes yeux sont bien plus nombreux.
Commençons par le plus anodin, donc le plus symbolique. Bruno le Maire garde son ministère mais celui-ci a changé d'appellation. Oh ce n'est pas flagrant mais il est redevenu d'abord ministre de l'agriculture puis de l'alimentation alors que dans le précédent gouvernement il était d'abord ministre de l'alimentation puis de l'agriculture(2). Pour rester dans les compétences dévolues à ce ministère on notera la disparition - indirecte - de la mer. On continue de parler de pêche mais la mer, elle, a sombré avec ce qui reste du grand ministère de l'écologie (voir infra). Si tout le monde aura bien noté que ce ne semble plus une priorité du Président de la République (ce ministère n'est plus d'Etat, voir supra) c'est encore plus frappant en comparant l'ancien intitulé et le nouveau. Terminé les Négociations sur le climat avec un N majuscule, terminé les technologies vertes et la mer. Place à l’écologie et au développement durable(3),point. Certains domaines perdent un ministère entier, comme la santé par exemple qui est désormais en troisième position dans les préoccupations de Xavier Bertrand, après le travail et l'emploi.
L'autre nouveauté - si l'on peut dire - est la création de "ministre auprès du ministre", titre hautement technocratique et injustifiable auprès du grand public. On est soit ministre, soit secrétaire d'état auprès d'un ministre. A quoi rime d'être "ministre auprès du minitre" ou encore comme on l'a vu par le passé "Haut commissaire" ?
Et comme il faut garder le meilleur pour la fin, je ne peux passer sous silence le secrétariat d'état dont hérite Frédéric Lefebvre. Le journaliste espiègle pourra toujours lui demander de dire sans se tromper qu'il est "secrétaire d’Etat auprès de la ministre de l’économie, des finances et de l’industrie, chargé du commerce, de l’artisanat, des petites et moyennes entreprises, du tourisme, des services, des professions libérales et de la consommation". Mais le journaliste plus tatillon encore pourra faire remarquer que par rapport à Hervé Novelli qui occupait ce poste avant lui, toutes ces sections perdent leur majuscule(4) et de lui demander pourquoi... Pour ma part je note que texte se rallonge encore, les professions libérales étant désormais de la partie alors que ce n'était pas le cas auparavant.

(1) Que de choses à dire pourtant !
(2) Dénomination officielle : ministre de l’agriculture, de l’alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l’aménagement du territoire ;
(3) Ajoutez dans ce même ministère les transports et le logement, deux domaines qui ne sont pas au départ liés à l'écologie telle qu'on pourrait la définir.
(4) Serait-ce que c'était là une faute d'orthographe ?

24/06/2009

Le remaniement des ministères

Le dernier remaniement ministériel ne concerne pas que les hommes et les femmes. Les noms des ministères ont aussi leur importance, rappelez-vous la polémique autour d'un intitulé "identité nationale". Dès lors il est toujours utile - et parfois instructif - de se pencher davantage sur les noms des ministères, on y trouve quelques subtilités sémantiques qu'il convient de regarder de près. Commençons donc par Jean-Louis Borloo, puisque son ministère est numéro un d'après le protocole. Il n'est plus en charge de l'aménagement du territoire - confié à Michel Mercier - mais récupère la mer, les Technologies vertes et les Négociations sur le climat. Notez au passage le N majuscule de Négociations, dont je voudrais bien connaître l'intérêt. 
Michèle Alliot-Marie devient ministre d'Etat, titre honorifique certes, mais dont ne bénéficiait pas Rachida Dati. L'intitulé du ministère étant le même, il faudra chercher ailleurs l'explication de cette promotion protocolaire.
La ville n'est plus dans l'intitulé du ministère du travail, bien que Fadela Amara soit confirmée dans ses fonctions. Serait-ce que le problème des villes - banlieues ou pas - n'est plus digne d'intérêt ?
Eric Woerth se voit attribuer en plus de ses précédentes attribution la réforme de l'Etat. J'ai aussi noté que pour la première fois l'agriculture n'est plus le premier intitulé du ministère ad hoc. Et le fait que Bruno Le Maire soit d'abord ministre de l’Alimentation n'est pas pour nous rassurer : serait-ce pour nous préparer à des périodes de vaches maigres ?
Dans les approximations ou doublons, vous aurez noté comme moi que la France est dotée à la fois d'un ministre du travail, et d'un ministre de l'emploi. Si seulement cela pouvait nous aider à résorber le chômage en France, ce serait parfait. Je suis aussi dubitatif de voir que la mer et la pêche sont sur deux ministères. Je dois en déduire que pour le bateau c'est à Jean-Louis Borloo qu'il faut s'adresser, et pour les poissons à Bruno Le Maire. Mais celui que je plains le plus est - une fois encore - Hervé Novelli. Il devra en effet refaire ses cartes de visites(1), et prendre encore une taille supérieure, car celui qui avant le remaniement était "secrétaire d’Etat chargé du Commerce, de l’Artisanat, des Petites et moyennes entreprises, du Tourisme et des Services, auprès de la ministre de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi" devient "secrétaire d’Etat chargé du Commerce, de l’Artisanat, des Petites et Moyennes Entreprises, du Tourisme, des Services et de la Consommation, auprès de la ministre de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi". Tout un programme.

(1) La dépense n'est certes pas excessive, mais tout ça ne fait pas très développement durable : les anciennes cartes on été refaites en mars 2008, il y a tout juste 17 mois...

20/03/2008

L'autre remaniement, celui des mots

Si les médias ont bien parlé du remaniement ministériel de cette semaine, tous ont oublié de signaler que cela a été aussi l'occasion de changer certains intitulés. A celles et ceux qui pensent que ce n'est pas important, il suffira de rappeler la polémique née autour de "l'identité nationale". Apprenez donc que Brice Hortefeux ne fera plus de "co-développement" mais du "développement solidaire", ce qui vous en conviendrez change du tout au tout. Roselyne Bachelot-Narquin sera au chevet de la vie associative qu'elle confiera dans les faits à son secrétaire d'état, Bernard Laporte. Cela changera t-il la vie associative pour autant, rien n'est moins sûr...
Christine Lagarde, elle, n'aura plus les finances à sa charge - elles disparaissent du paysage sémantique - mais reçoit l'industrie (et ses fédérations...) à la place.
Sinon le plus à plaindre est sans conteste Hervé Novelli, qui va pouvoir demander une rallonge budgétaire pour ses cartes de visite. En effet, si jusqu'à présent il pouvait se contenter du petit modèle avec son "Secrétaire d'Etat chargé des Entreprises et du Commerce Extérieur", ce ne sera plus possible maintenant qu'il est "Secrétaire d'Etat chargé du Commerce, de l'Artisanat, des Petites et Moyennes Entreprises, du Tourisme et des Services".
Enfin, nous sommes sans doute le seul pays au monde à avoir à la fois un ministère qui s'occupe du travail (Xavier Bertrand), et un autre qui s'occupe de l'emploi (Christine Lagarde). Si seulement cela pouvait contribuer à faire baisser pour de bon le chômage...

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu