Avertir le modérateur

28/08/2009

A quel JT ces titres ?

Allez comme c'est la fin des vacances, un petit quizz pour terminer le mois : A qui sont ces titres qui ont constitué - dans l'ordre ! - le fil d'un JT national ?
1er sujet : L'histoire de cette jeune femme, enlevée, séquestrée et violée durant 18ans.
2ème sujet : Rappel de précédentes affaires, y compris des affaires d'inceste dont j'ai eu du mal à comprendre l'utilisation du mot "enlèvement". Mais après tout ce n'est pas moi le journaliste...
3ème sujet : Retour du franco-mauritien après avoir effectué 4 mois de prison en turquie. Le journaliste affirme que l'homme fraichement libéré a été détenu avec des violeurs, des meurtriers et des trafiquants de drogues. Par quel source d'information peut-il le savoir ? Mais après tout ce n'est pas moi le journaliste...
4ème sujet : Une patiente de l'hopital de Metz retrouvée morte après 8 jours. Elle a probablement chuté dans un conduit d'aération...
5ème sujet : Rediffusion du sujet aux pieds sanguinolents. Il faut croire que cette histoire a "cartonné" la veille au soir, car elle est reprise très largement sans ajouter aucune information nouvelle. Peut-être s'est-il glissé de nouvelles images des pieds, mais tres honnêtement je n'ai pas eu le courage de comparer les deux reportages...
6ème sujet : Une boite noire de l'avion de la Yemenia AirLine qui s'est écrasé au large des comores a été retrouvé.
7ème sujet : Les incendies de forêt en Californie. Classique, mais toujours spectaculaire, oserais-je dire.
8ème sujet : Hommage à Ted Kennedy. C'est vrai que ça manquait de "people" jusqu'à présent.
Tout cela diffusé en 10 minutes. Je passe sur la suite du JT en question, dont les sujets ne présentent aucun intérêt. Je ne fais pas faire durer le suspens plus longtemps, c'était là le "conducteur" du journal télévisé du 13 heures de France 2, une chaîne du groupe France Télévisions. J'ai du mal à suivre la ligne éditoriale du JT, surtout venant d'une chaine - et d'un groupe - qui officiellement n'a plus besoin de courir après l'audience. Les sujets les plus "trash" y passent en Une, avec une désinvolture digne d'une chaine aux capitaux privés. Mais finalement peut-être est-ce moi qui attend trop du JT du service public...

23:19 Publié dans Actu | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : télévision

La curieuse remontée du titre TF1

J'ai beau être encore en vacances, je n'en ai pas moins remarqué que le titre TF1 a fait en bourse de Paris un bond spectaculaire depuis quelques mois. Vous vous souvenez sans doute qu'au premier trimestre de cette année l'entreprise était plus que moribonde économiquement : plombée par des résultats en berne, attaquée par les chaînes de la TNT, boudée par les publicitaires et le public, minée par des querelles internes, la chaine du "mieux disant culturel" faisait pitié à voir, à défaut d'être regardée. Ne manquait plus à l'appel que des rumeurs de rachat pour terminer de noircir le tableau. Avouez que tout cela ne donnerait pas envie à un trader - même mauvais - de conseiller d'acheter du TF1 à sa clientèle. Il faut croire pourtant que c'est ce qu'il fallait faire, car tout cela n'est plus aujourd'hui qu'un mauvais souvenir. Depuis le plus bas à 5.15 Euros à la mi-mars, l'action est remontée en flèche et côte en ce moment aux alentours de 11 euros, soit plus de 100% de hausse en 5 mois. Pas mal pour une entreprise qui n'a depuis fait aucune annonce d'envergure, pas plus qu'elle n'a annoncée un quelconque bénéfice. Alors par quel miracle l'entreprise TF1 en est-elle arrivée là ? Ce n'est quand même pas les 200 millions (sic) de vidéos de Secret Story vues sur Internet qui ont déclenché cet engouement pour l'action ? Ce n'est quand même pas non plus le retour si attendu (re-sic) de la Roue de la Fortune(1) ? La vérité est sans doute ailleurs, mais hélas je ne la détiens pas. Tout au plus puis-je modestement inciter l'AMF à ouvrir une enquête sur cette curieuse remontée. Appel qui ne sera pas entendu, au moins de cela je suis certain.

(1) Encore que cette roue tourne bien pour quelques-uns mais ne nous dispersons pas...

09:54 Publié dans Actu | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tf1, action, bourse, amf, télévision

18/12/2008

Audiovisuel public : c'est la fin...mais il y aura une suite !

Maintenant que la loi sur l'audiovisuel public a été voté, il est utile de faire le compte des cadeaux faits aux chaînes privées en général, et à TF1 et M6 en particulier. Tout d'abord la réduction de la "taxe" qui permet de compenser le manque de recettes du à la fin de la publicité sur les chaînes publiques. Puis – bien qu'en dehors de la loi – le montage financier qui permet à TF1 de "sortir" de France 24. Enfin toute cette nouvelle réglementation sur la publicité en elle-même : seconde coupure publicitaire durant les films, arrivée du placement de produit y compris dans les clips, passage à 9 minutes de publicité par heure d'horloge, contre 6 minutes par heure glissante auparavant. Ne trouvez-vous pas que cela fait beaucoup tout de même ? Pour ma part je trouve que cela fait trop. D'autant plus que derrière l'histoire "officielle" de cette loi, il y a une histoire plus secrète : ces députés invités par TF1 pour rédiger ou corriger des articles de la loi ; bien plus grave encore, cet accord interprofessionnel signé entre TF1 et des sociétés de gestion collective et de producteurs, qui accrochez-vous, contient un article précisant que TF1 se réserve le droit de dénoncer unilatéralement cet accord à partir du moment où l’article 46 n’était pas voté dans les mêmes termes que ceux adoptés en conseil des ministres...du 22 octobre 2008. La coupe est plus que pleine, elle déborde maintenant. Dans cette affaire les téléspectateurs se sont fait bernés, terme diplomatique. Pour conclure je met au défi Madame la ministre de la Culture de convaincre TF1 de programmer un Visconti ou un Fellini à vingt heures cinquante, même au prix de deux coupures publicitaires. Après tout c'est bien ce qu'elle souhaite non ?

16/12/2008

La publicité à la télévision...

Cette loi sur l'audiovisuel public a décidément tous les défauts. Au détour d'un amendement voté hier soir, on a ajouté le ridicule à l'indécence. Indécence du cadeau fait aux chaînes privées, ridicule de l'amendement du placement de produit dans les vidéomusiques, terme législatif du bon vieux "clip".
En terme de publicité, il n'existe pas pire méthode que le placement de produit. La commission européenne ne s'y trompe pas d'ailleurs, et préconise son interdiction. Pour celles et ceux qui ne le sauraient pas, le placement de produit est le fait de promouvoir un bien ou un service à la télévision, mais en dehors des écrans de publicité. Cela va bien au-delà du simple parrainage, qui lui au moins est annoncé et n'avance pas masqué. Non, là ce sera bien plus sournois. Sans compter qu'il y aura du placement de produit y compris dans les désormais fameuses "vidéomusiques".
Cerveaux jusque là disponibles faites attention donc, car les images que vous verrez bientôt sur certaines chaînes cacheront de la publicité en toute légalité. Ce sera à vous de savoir faire le tri. D'où une certaine idée que je défend depuis longtemps et qui plus que jamais me semble nécessaire.

30/11/2008

Contre : la réforme de l'audiovisuel public

J'ai déjà eu l'occasion de le dire ici et , je suis contre la réforme de l'audiovisuel public. En tout premier lieu parce que le but n'est pas de réformer l'audiovisuel public. Le but est bel et bien le transfert des recettes publicitaires du service audiovisuel public vers le service audiovisuel privé (les plus pervers des lecteurs appeleront cela....une réforme !). Je maintiens néanmoins mon argumentation – argumentation que je n'ai encore vu nulle part ailleurs – qu'un objectif majeur est de transférer également un maximum d'audience. Voyez avec quel zèle, quel acharnement pourrait-on dire, on veut à tout prix du culturel et de l'éducatif chaque soir. L'idée est bel et bien de ne pas inciter le télespectateur à regarder des chaines sans pub, et le meilleur moyen est de proposer des programmes "nuls".
Je passe sur le cadeau financier, car d'autres que moi l'expliquent très bien. Je veux seulement ajouter que le scandale est non seulement dans l'aide financière aux chaînes, mais aussi dans l'assouplissement législatif lié à la publicité : seconde coupure publicitaire pendant les films, passage de 6 à 9 minutes de publicité par heure, et comble du raffinement, passage du comptage par heure glissante au comptage par heure d'horloge. Si jamais vous n'êtes toujours pas convaincus que tout ceci n'est qu'une vaste "arnaque" pour donner de l'argent à TF1 et M6, demandez-vous pourquoi le service public audiovisuel n'aura finalement jamais bénéficié de cette sous-réforme publicitaire...
Le passage à l'heure d'horloge est un vrai scandale, un scandale scandaleux serais-je tenté d'écrire. Mais qui va descendre dans la rue pour réclamer le maintien de l'heure glissante ?

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu