Avertir le modérateur

23/01/2018

Composter son billet de train, une action parfois inutile

Oui, il existe des billets de train qu'il est - en théorie* - inutile de composter, en l'occurence tous ceux marqués "non échangeable, non remboursable". Pour comprendre le raisonnement qui abouti à cette conclusion il faut remonter à la création des composteurs, dans les années 1970 je crois.
A l'époque on achetait un billet de train pour une relation (disons Paris - Chartres) sans aucune indication de train ou de date. Le billet avait une durée de vie a priori illimitée, du moins tant qu'il n'avait pas été contrôlé. Cela signifiait que si vous ne l'étiez pas (contrôlé), vous pouviez le plus simplement du monde vous présenter au guichet et vous faire rembourser son prix puisqu'il n'existait pas de preuve que le billet avait été utilisé. Ou bien vous pouviez le conserver et le réutiliser en le présentant fièrement au contrôleur lors d'un autre voyage sur la ligne.
C'est pour contrer cela qu'ont été posé les composteurs : l'usager devenait ainsi son propre contrôleur et l'action de compostage une preuve de voyage, et par conséquent une preuve que le billet en question ne pouvait plus être remboursé.
Aujourd'hui les temps ont changé et il est de plus en plus difficile d'acheter un billet "grandes lignes" avec seulement l'indication de la gare de départ et de la gare d'arrivée. La plupart du temps le billet est accompagné de la date d'utilisation et du train à prendre, voire de la place que vous allez occuper dans la voiture.
Dès lors l'action de compostage d'un billet non échangeable et non remboursable** n'a plus aucun sens puisqu'il n'est utilisable que pour un train donné, à une date donné, pour un trajet donné. Que le voyageur soit présent à sa place ou pas n'importe plus car la SNCF a déjà encaissé le prix du billet. Il n'y a donc pas de préjudice si ce dernier n'est pas composté et le défaut de compostage impossible à sanctionner...

* En pratique vous pouvez toujours lire ce billet au contrôleur, je suis certain qu'il se rangera à mon avis et qu'il vous dispensera de payer une amende.
** A l'inverse la mention "échangeable sous conditions" ou "remboursable sous conditions" nécessite le compostage, à condition bien sûr que l'échange ou le remboursement puisse avoir lieu après la date théorique d'utilisation du billet. Un échange ou un remboursement le jour même du voyage vous dispenserait de compostage pour les même raisons que celles expliqués dans ce ... billet.

18:22 Publié dans Actu | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sncf, train, compostage

02/05/2011

Réflexions ferroviaires autour de l'heure et du temps

Avant l'heure ce n'est pas l'heure, mais après ? La SNCF peine à retrouver la précision qui a été la sienne en un temps pas si lointain. Alors pourquoi pas des horaires "variables"
Comme l'article le précise le voyageur pourra réserver son billet mais devra attendre la dernière semaine pour connaître l'horaire exact du train, avec un écart pouvant alller de 15 à 60 minutes selon les trajets par rapport à ce qui serait intialement annoncé. Ce qui me fait réfléchir ici est bien entendu notre relation au temps, de plus en plus contractée. Pour rester dans le domaine du train, un simple retard de 3 minutes (180 secondes) à l'arrivée d'un train de banlieue un matin gare St-Lazare, et c'est tout de suite près de 800 personnes qui sont dans un embarras plus ou moins grand. C'est dire qu'à certains endroits le temps est plus que compté, il est scruté minute après minute(1). A l'heure (!) où certains écologistes prônent la décroissance, entendez apprendre à se contenter de moins par rapport à ce que nous pouvons prétendre aujourd'hui, il est intéressant de noter qu'ils n'évoquent pas cette relation au temps qui est devenu la nôtre. Et pourtant la décroissance autoriserait les trains à arriver un peu n'importe quand, puisque n'étant plus soumis à ces contraintes où chaque minute de retard en plus équivaut à des profits en moins.
Dans cette relation que nous avons au temps, je ne peux pas m'empêcher de penser à Regain, ce magnifique roman de Jean Giono. Voyez le début de l'ouvrage : "Quand le courrier de Banon passe à Vachères, c'est toujours dans les midi. On a beau partir plus tard de Manosque (...), quand on arrive à Vachères c'est toujours midi. Réglé comme une horloge. C'est embêtant, au fond, d'être là au même moment tous les jours."
Notez l'usage du "c'est toujours dans les midi". Après tout il peut être 11h50 ou 12h20, peu importe en fait. Réglé comme une horloge, mais comme une horloge qui s'autoriserait quelques libertés avec l'heure juste...
Pour en revenir aux horaires "variables" de la SNCF, si après tout on arrive toujours dans les midi, ce ne sera pas une si grande révolution que cela.

(1) Confession pour vous dire que j'ai été durant 7 ans cheminot. Amateur d'astronomie de surcroît, ma relation personnelle au temps est essentiellement basée sur la précision.

18:18 Publié dans Actu | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : train, heure, scnf, regain, jean giono

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu